AGISSEZ et ça presse !

Photo de Céline Chabot
Par Céline Chabot
AGISSEZ et ça presse !

« Quand, pour l’amour de Dieu, allons-nous affronter le lobby des armes? »
Joe Biden, président des États-Unis

Mardi dernier, l’horreur est revenue à la Une. Encore une fois. Ce n’était pas la fois de trop, celle-là a eu lieu il y a déjà longtemps. 19 enfants et deux enseignants ont été abattus froidement au Texas.

Les statistiques parlent haut et fort : selon le site Gun Violence Archive, qui recense depuis plusieurs années les incidents impliquant des armes, 17 194 personnes ont été tuées par balle aux États-Unis depuis le 1er janvier 2022.En 144 jours, cela représente 119 décès quotidiens!

Pow pow t’es mort !

Le lobby des armes à feu a une influence désastreuse chez nos voisins du sud. Adoptons un instant leur façon de penser, disons, comme à l’époque révolue du Far West : il faut se protéger, donc vous portez sur vous une arme à feu en tout temps. Allons un peu plus loin : vous envoyez votre enfant à l’école avec un JR-15, fusil spécialement conçu pour les enfants (eh oui, il existe bel et bien des parents irresponsables à ce point chez l’oncle Sam*), histoire qu’il se défende au cas où un autre crackpot déciderait de péter les plombs. Hyper stressé, le môme se met à tirer sur tout ce qui bouge dès que quelqu’un émet un bruit suspect. Vous voyez le tableau ?

Cette notion de protection – arbitraire il va sans dire – s’est malheureusement revirée contre les citoyens. Depuis quelques années, cette simple prétention a permis une aberration : à peu près n’importe qui peut se procurer une arme à feu, peu importe son état de santé mentale. Personne ne se soucie de vérifier la pertinence de cette transaction, c’est devenu pratiquement aussi simple que d’acheter un Pepsi ou un paquet de chips au dépanneur. Je parle toujours ici, bien sûr, de l’Amérique profonde, là où sévissent les Trump et Cie.

Chronique d’une mort annoncée

Le tueur dont il est question ici aurait écrit sur les réseaux sociaux qu’il allait attaquer une école primaire. Personne ne l’a dénoncé. Rien, nothing, nada n’a été entrepris pour l’en empêcher ou l’en dissuader.

Qui dormait au gaz? Pourquoi est-ce que personne n’a réagi??

Celui dont on ne doit pas prononcer le nom

C’est complètement fou ! Un mot de trop, une frustration, un mal-être, un complexe d’infériorité… tout semble prétexte à se défouler en tuant… qui au juste ? Ces enfants n’avaient absolument rien à voir avec les bibittes qui trottaient dans la tête du tueur ! S’il a commis ce geste pour faire parler de lui, même à titre post mortem, il faudrait ne pas citer son nom, ne lui accorder aucune importance. Qui sait quel autre tordu aimerait aussi voir sa gueule affichée partout dans les médias?

On ne pense pas comme ça au Québec, j’ose encore l’espérer. Nos valeurs ne sont pas les mêmes. Parlons à nos enfants, éduquons-les comme il se doit, rassurons-les. Ici, ça ne se passe pas ainsi – bien qu’on ait aussi connu des drames dans le passé – mais ça s’arrête là ! Ici et maintenant.

Quant à nos voisins, fasse le ciel qu’ils se réveillent avant que tous les refoulés ne se mettent à dégainer!

* « C’est la première de nombreuses armes qui aideront les adultes à faire découvrir aux enfants la pratique du tir en toute sécurité », selon la société WEE1 Tactical, qui décrit sur son site Internet « un fusil comme l’arme de papa et maman ».

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires