Fermeture le dimanche: des impacts sur les commerçants!

Photo de Anne-Frédérique Tremblay
Par Anne-Frédérique Tremblay
Fermeture le dimanche: des impacts sur les commerçants!
Mario Boulet, responsable du Sports Experts Montmagny, préfère fermer le dimanche que de devoir subir une fermeture complète comme l’an passé.

Le gouvernement du Québec a annoncé la fermeture des commerces trois dimanches consécutifs, soit les 2, 9 et 16 janvier. Le Journal L’Oie Blanche a discuté avec quelques commerçants des environs afin d’obtenir leur vision de cette fermeture. À part quelques exceptions, tous ont dû s’adapter à cette mesure qui crée des impacts sur leur fonctionnement.

Le 30 décembre dernier, le premier ministre François Legault a annoncé la fermeture des commerces le dimanche, sauf pour quelques exceptions, dont les pharmacies, les dépanneurs et les stations-service.

En raison du manque de main-d’œuvre à la livraison, la Coop IGA Extra de Montmagny fait partie des commerces touchés par la fermeture. Des employés peuvent tout de même se présenter sur les lieux pour s’occuper des commandes. Les horaires des caissiers ont toutefois dû être répartis dans la semaine. « C’est beaucoup moins lourd pour les employés présents le dimanche parce qu’ils n’ont pas la clientèle dans les allées. Donc, ils peuvent remplir les tablettes plus facilement. On reçoit des commandes nous aussi le dimanche. Pour nous, ça continue, l’opération en magasin se poursuit», explique Francis Rouleau, directeur général.

Celui-ci affirme que cette fermeture crée des pertes en magasin puisque cela représente une journée de moins de vente pouvant représenter environ 100 000$. Il confirme toutefois que les ventes sont réparties dans les autres journées, mais que des pertes demeurent bel et bien présentes. « Rapidement, lorsqu’on a fermé le 3, la production était faite. Donc, tout ce qui est en comptoir avec des dates de péremption indiquant par exemple le 4 mais encore consommables le 3, vu que nous étions fermés il fallait les scanner en pertes et ces produits ont été remis à la Maison de Secours La Frontière», ajoute M. Rouleau.

Des employés peuvent tout de même travailler le dimanche, sans clientèle.

Du côté du magasin Korvette de Saint-Jean-Port-Joli, la fermeture n’apporte pas de changements considérables, selon la gérante, Monique Desrosiers. Les clients font leurs achats à d’autres moments de la semaine.

Un achalandage plus élevé est observé dans les différents commerces en semaine. Le directeur chez IGA observe la présence accrue de clients les lundis et les mardis, de même que les jeudis, vendredis et samedis.

Bon compromis
Pour le magasin Sports Experts des Galeries de Montmagny, la fermeture de trois dimanches s’avère préférable à une fermeture complète. « Dans notre secteur, si on compare avec l’an passé où on était fermé, je trouve que c’est un moindre mal. Pour cette période, je trouve que ça peut être acceptable », explique le propriétaire, Mario Boulet.

Il ajoute que la plupart des clients vont se présenter à d’autres moments s’ils ont des achats à effectuer. Toutefois, il avoue qu’il ne faudrait pas que d’autres dimanches s’ajoutent à la liste. « Ça limite les achats si on veut. Ça donne moins de plages horaires, donc moins de chances de magasiner et parfois les gens vont dire : ῝bon on s’en passe finalement».

M. Boulet souligne que l’ajout de dimanches supplémentaires pourrait avoir des effets à long terme sur son personnel. « On a des temps pleins que ça touche moins parce qu’ils travaillent la semaine et la fin de semaine, mais mes temps partiel, c’est une plage horaire que je leur donne. Si je leur enlève, ils vont avoir moins d’heures. On risque peut-être de perdre du personnel si ça dure longtemps ».

Une clientèle épuisée par la pandémie
M. Rouleau, de IGA Extra Montmagny, sent une certaine nervosité chez la clientèle. « Parfois, les gens sont un peu plus «malpolis» avec nos employés à qui ils font sentir leur mécontentement des nouvelles mesures. « On doit composer avec des gens qui en ont plein leur casque de ces mesures. On est au front avec ça et ce n’est pas facile pour nos employés d’accueillir tout ça».

«On demande aux clients d’être conciliants, résilients et de respecter nos gens aussi, parce qu’on le veuille ou non, on travaille tous très fort», ajoute-t-il.

Selon Mme Desrosiers chez Korvette, un peu de nervosité est ressentie auprès de la clientèle. Par exemple, dès qu’une personne tousse, celles aux alentours sont plus craintives.

Notons que certains commerçants de la région ont pris la décision de fermer leur établissement pour la sécurité des employés et de leur clientèle. Par exemple, Vignault Montmagny avait annoncé la fermeture de son magasin, et ce, du 2 au 9 janvier, par mesure de protection. La Boutique Double Pas a également fermé jusqu’au 10 janvier puisque des employés ont été en contact avec des gens testés positifs à la COVID-19.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires