La CCKL aimerait l’ajout d’entrepreneurs à la table des conseillers du gouvernement

Photo de Anne-Frédérique Tremblay
Par Anne-Frédérique Tremblay
La CCKL aimerait l’ajout d’entrepreneurs à la table des conseillers du gouvernement
Le président de la CCKL, Gabriel Hudon. (Crédit photo: CCKL)

La Chambre de commerce Kamouraska-L’Islet (CCKL) évalue qu’il serait temps d’inclure des entrepreneurs autour de la table des conseillers du gouvernement afin que les discussions reflètent la réalité sur le terrain avant la prise de décision en matière de restrictions. La CCKL affirme que des fermetures à répétition, particulièrement en situation de pénurie de main-d’œuvre, rendent la réouverture plus difficile.

Selon la CCKL, des entrepreneurs des secteurs les plus touchés tels que des restaurateurs, des gestionnaires de salles de spectacle et cinéma, pourraient être un ajout intéressant pour la prise de décision du gouvernement.

« Les restaurateurs ont assez donné ! Ils ont investi beaucoup d’argent pour se conformer aux nombreuses consignes sanitaires, ils gardaient un registre, demandaient le passeport vaccinal et travaillaient à faire respecter le port du masque pour se faire fermer à nouveau. Cette 3e vague de fermetures est très dure à passer, cette fois-ci. Il ne faut pas oublier, en plus, la perte d’argent au niveau de l’inventaire perdu en vue des fêtes du 31 décembre. Encore une fois, ils ont été mis devant le fait accompli, sans avertissement. Il faut revoir cette façon de faire du gouvernement », mentionne M. Gabriel Hudon, président de la CCKL.

« En marge de tout ça, il est grand temps de commencer à revoir le fonctionnement du système de santé. Faire le choix d’affaiblir de plus en plus notre économie pour sauver un système de santé ?! Il y a quelque chose qui ne marche pas, ici ! Notre économie comprend de nombreuses PME, ils forment la majorité du tissu économique de notre territoire. Il est grand temps d’adopter une autre marche à suivre », ajoute Mme Nancy Dubé, directrice générale de la CCKL.

La CCKL juge qu’il serait préférable de laisser les entrepreneurs décidés s’ils souhaitent demeurer fermés ou non le dimanche, et ce, selon leurs besoins de main-d’œuvre, les besoins de leur clientèle ou selon le niveau d’inventaire à gérer.

La Chambre de commerce invite à nouveau le grand public d’utiliser les services des commandes pour apporter des restaurateurs locaux, d’acheter des cartes cadeaux des commerces locaux les plus touchés comme les salles de cinéma et de spectacles ou des certificats d’achat régional dont la fonction est à inciter la population à acheter chez nous et à diminuer les fuites commerciales vers d’autres régions.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires