22 juin 2024

Nouveaux propriétaires pour le Casse-Croûte Rétro

William Poulin-Lord, Toni Bouhaidar et Aline Boutroix ont acheté le casse-croûte et la crèmerie rétro, L’Ange de Glaces, situé sur la 132 à L’Islet. Pour sa première saison estivale, le trio souhaite conserver la formule habituelle, mais à son image. Les anciens propriétaires avaient mis le casse-croûte en vente après environ dix ans pour un éventuel départ à la retraite. M. PoulinLord et M. Bouhaidar, amis de longue date, ont décidé de devenir partenaires et de se lancer dans ce nouveau défi d’affaires. Mme Boutroix, la conjointe de M. Bouhaidar, les accompagne pour s’assurer elle aussi du bon fonctionnement du casse-croûte. Les deux partenaires avaient déjà un peu d’expérience en restauration, mais jamais en tant que propriétaires. Soulignons que les deux partenaires habitent à Québec, mais que la famille de M. Poulin-Lord est originaire de Saint-JeanPort-Joli. Lui-même est propriétaire de chalets locatifs dans la municipalité. « On a vu la bâtisse en vente. On a discuté et on a vu que c’était un beau projet à réaliser ensemble », indique M. Poulin-Lord. Ce dernier s’occupe du volet plus administratif, alors que M. Bouhaidar gère davantage les activités reliées à la cuisine.

Les anciens propriétaires leur ont transmis leurs connaissances et tout ce qu’il y avait à savoir. « Ils nous ont tout montré pour qu’on puisse garder les mêmes recettes et la même formule. À l’exception des visages qui changent, les clients ne peuvent pas voir la différence. » L’objectif des nouveaux acquéreurs est de garder les lieux vivants. Ils ont observé que beaucoup de locaux avoisinants étaient vides et ils souhaitent offrir un milieu accueillant et renouvelé malgré tout. « On veut être le cassecroûte qu’ils ont toujours connu, mais avec une touche de nouveauté pour leurs enfants. » Bien que le jukebox, Maryline Monroe et Elvis Presley remplissent toujours le décor, les propriétaires amènent les enfants ailleurs avec des palmiers, par exemple. Virage vert Quelques modifications ont tout de même été apportées. Les propriétaires ont ajouté des chaises sur la terrasse afin d’accueillir plus de clients. Ensuite, étape par étape, le casse-croûte effectue un virage davantage écologique. Avec l’arrivée des bacs de compost, ils vont commencer à trier les déchets alimentaires. « D’ici la fin de la saison, on ne sera plus en mode jetage, mais en mode casse-croûte plus moderne et vert », explique le copropriétaire. Les contenants de sauce et les pailles sont désormais en carton, par exemple. « On veut faire notre part pour l’environnement. »

Produits locaux Bien qu’ils habitent à Québec, ils misent sur l’achat local pour leurs produits. Par exemple, les boulettes de viande viennent de la Ferme de Ladurantaye de Cap-Saint-Ignace. Ils conservent également les fournisseurs avec qui les anciens propriétaires faisaient affaire auparavant. C’est une façon de s’impliquer dans la communauté. Le personnel demeure semblable à celui des dernières années. Plusieurs étudiants y travaillent durant l’été. Ouvert depuis plus d’un mois, le casse-croûte a reçu de bons commentaires de la clientèle qui se dit heureuse que le casse-croûte soit demeuré ouvert.

Articles reliés