21 juin 2024

Un changement de culture qui a rapporté gros à l’Everest

L’Everest de la Côte-du-Sud et son directeur général et entraineur-chef, Simon Labrecque, ont dressé un bilan positif de la saison de hockey 2023-2024, à la suite d’un « changement de culture » chez les membres de la formation. Rappelons que l’équipe qui évolue au sein de la Ligue de hockey junior AAA du Québec (LHJQAAA), s’est inclinée au match numéro sept en finale des séries éliminatoires.

Simon Labrecque affirme d’abord que la saison 2023-2024 s’est révélée au-delà des attentes de la formation. « Nous savions que nous avions plusieurs bons éléments cette année, mais je ne mentirai pas, je ne pensais pas que nous allions nous rendre jusqu’au septième match de la finale. » Il souligne que l’Everest a obtenu 79 points au classement et 32 victoires en 48 matchs. « Nous sommes vraiment satisfaits de notre pointage lors de la saison régulière. »

Pour le directeur général, le « changement de culture » au sein de la formation aurait eu un impact positif au cours de la saison. « Je n’étais pas satisfait de la première saison que j’ai passée en poste. Je croyais qu’il fallait faire un changement de culture assez drastique. Pour cela, il nous a fallu aller chercher des gens qui avaient notre mentalité et notre vision, que ce soit au niveau de l’équipe, du personnel hockey ou du conseil d’administration. Nous sommes des gens passionnés qui n’ont pas peur de mettre beaucoup d’heures au sein de l’Everest, donc on voulait des joueurs qui n’ont pas peur de repousser leurs limites et de passer beaucoup de temps à l’aréna. »

M. Labrecque souligne d’abord la nomination de Tristan Laflamme à titre de capitaine comme étant une décision gagnante pour l’équipe. « Il était dans l’organisation depuis trois ans, il a vécu des hauts et des bas avec l’équipe et c’est une excellente personne. Je crois que c’était vraiment le bon gars pour repartir avec notre nouvelle culture. » Le repêchage de Julien Hébert, un joueur originaire de Cap-Saint-Ignace, aurait aussi apporté beaucoup de leadership dans la formation. Félix Riverin a également été un ajout important selon le directeur général et son expérience lui a été bénéfique lors de la saison. M. Labrecque souligne en outre le travail du jeune gardien Alexandre Lauzier qui a apporté 19 victoires à la formation. « Il a été incroyable et c’est grâce à lui que nous étions aussi haut dans le classement avant Noël ». Le gardien Gabriel Boissonneault aurait ensuite permis à l’Everest de continuer à progresser à la fin de la saison et au cours des séries éliminatoires.

Le directeur général mentionne finalement que plusieurs joueurs ont connu une saison exceptionnelle avec l’Everest, soit Felix Riverin avec 70 points ainsi qu’Elliot Lavoie et Julien Hébert avec 68 points.

Gérer ses émotions

Malgré un bon début lors de la finale de la série éliminatoire de la Coupe Napa alors que L’Everest remportait ses deux premières parties contre le Collège Français de Longueuil, les matchs qui ont suivi ont été plus difficiles quand l’équipe adverse a réussi à égaliser le pointage avec deux victoires consécutives. Selon M. Labrecque, ces matchs étaient marqués par l’indiscipline des joueurs due à l’augmentation de l’intensité du jeu et des émotions vécues pendant que les séries progressaient. « Au niveau de la discipline, cette saison comparativement à la précédente était le jour et la nuit. Le changement de culture était là et nous avions de bons leaders, mais lorsque tu te rends aussi loin, l’émotion entre en ligne de compte. »

Le directeur général souligne que pour les joueurs de l’Everest, il s’agissait d’une première expérience dans les séries éliminatoires de la LHJQAAA alors que le Collège Français de Longueuil avait plusieurs joueurs dans sa formation qui étaient déjà passés par là. Il s’agissait également de la première fois que l’Everest attirait entre 1000 et 2000 spectateurs lors de ses matchs à l’aréna de Montmagny, car la majorité des parties au cours de la saison attiraient plutôt entre 200 et 300 personnes. « C’est l’expérience que nous avons acquise cette saison. Les gars devront penser à l’avenir à être un peu moins émotifs lors de ces matchs importants et à ne pas tomber dans le négatif. Mais les séries de cette année leur ont permis de vivre pour une première fois des moments aussi intenses et d’être mieux préparés pour la suite. »

Une prochaine saison à surveiller

Le directeur général se dit confiant pour la prochaine saison. Malgré le départ de plusieurs joueurs qui se seraient démarqués dans la dernière année, dont Élliot Lavoie, Tristan Laflamme et Julien Hébert, M. Labrecque mentionne qu’une quinzaine de joueurs pourraient réintégrer les rangs de l’Everest. Il voit d’un bon œil l’expérience en série qu’on vécue ceux qui étaient dans la formation. Toutefois, M. Labrecque affirme que la majorité des positions ne seront pas gagnées d’avance et que même les joueurs qui reviennent devront faire leurs preuves lors du camp d’entrainement afin de pouvoir réintégrer l’équipe. Il ajoute qu’il espère que le succès qu’a connu l’Everest lors de la dernière saison créera un engouement pour le camp d’entrainement afin qu’il soit possible d’avoir le choix entre un grand nombre de joueurs pour combler les besoins de l’équipe.

Pour la prochaine saison, M. Labrecque souligne qu’il sera important pour l’Everest de la Côte-du-Sud d’aller chercher des joueurs qui amélioreront la défense. Avec le départ de Gabriel Boissonneault, il trouve également essentiel d’aller chercher un autre gardien qui pourra appuyer Alexandre Lauzier, qui sera de retour lors de la prochaine saison.