Pôle main-d’œuvre: deux recommandations pour contrer la pénurie

Photo de Anne-Frédérique Tremblay
Par Anne-Frédérique Tremblay
Pôle main-d’œuvre: deux recommandations pour contrer la pénurie
Alexandra Lemieux, responsable du Pôle main-d'oeuvre. Crédit photo: CCIM.

La Chambre de commerce et d’industrie de la MRC de Montmagny (CCIM) et la Chambre de commerce de Kamouraska-L’Islet (CCKL) proposent deux recommandations aux gouvernements afin de contrer la pénurie de main-d’œuvre de plus en plus persistante. Tout d’abord, des avantages fiscaux pour les travailleurs séniors ainsi que des places en garderie pour les parents. Le tout a été réalisé dans le cadre du Pôle main-d’œuvre initié par les deux chambres.

La CCIM et la CCKL ont pris en considération les résultats d’un sondage mené par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI). Parmi les informations dévoilées, il est mentionné que « 60% des propriétaires de PME au Québec ne recommandent pas de se lancer en affaires en ce moment, la cause principale étant la pénurie de main-d’œuvre ». D’autres motifs sont aussi en causes, mais tout de même reliées à cette pénurie, dont 59% liés aux retards d’approvisionnement, 45% par le stress important et 41% pour la lourdeur du fardeau administratif.

Les chambres évoquent l’urgence que les gouvernements agissent en instaurant des mesures pour aider les entrepreneurs de la région afin d’éviter des fermetures. « Il est temps que la situation soit prise autant au sérieux que la pénurie que vit le gouvernement relativement à ses propres employés. Nos PME ne peuvent pas avoir autant de pouvoir afin de regarnir leurs listes d’employés et ils ont besoin d’une aide urgente et imminente», ont-ils écrit par communiqué.

En collaboration avec le CAE Montmagny-L’Islet, la SADC Kamouraska, le C.A.R.E, voici les deux recommandations de la CCIM et la CCKL:

1.Des avantages fiscaux à implanter dès maintenant pour les travailleurs séniors (60 ans et plus) qui désirent soit continuer à travailler ou revenir au travail à la suite de leur départ à la retraite. Selon Statistique Canada en 2021, il y a 619,300 qui sont âgées de 60 à 64 ans et 531,700 qui sont âgées de 65 à 69 ans au Québec. Si seulement 5% de ceux-ci désirent revenir sur le marché du travail, c’est 57,100 personnes qui, dès maintenant, peuvent contribuer à diminuer cette pénurie de personnel.

2.De nombreuses entreprises ont parmi leurs employés des parents dont le retour au travail est retardé ou voire impossible, car il y a un manque évident de places en garderie pour les enfants de tous les âges, mais principalement pour ceux de moins de 18 mois. Des gestes urgents et concrets doivent être mis en place afin que tous les parents puissent avoir une place en garderie à la fin de leur congé parental de sorte qu’ils puissent retourner à leurs emplois le moment venu. Selon le ministère de la Famille, 50 000 places étaient en manque en 2020, auxquelles s’ajoutent les enfants nés en 2021.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires