Reconstruire notre histoire un morceau à la fois

Photo de Katy Desjardins
Par Katy Desjardins
Reconstruire notre histoire un morceau à la fois
Patrick Morency, coordonnateur des activités culturelles et patrimoniales à la Ville de Montmagny, et Richard Lavoie, ethnoarchéologue et expert scientifique de l'exposition.

L’exposition « Fragments de notre passé » est disponible à la Maison sir Étienne-Paschal-Taché et Patrick Morency, coordonnateur des activités culturelles et patrimoniales à la Ville de Montmagny et Richard Lavoie, ethnoarchéologue, invitent les citoyens à venir la découvrir. Elles présentent plusieurs artéfacts ayant appartenu à nos ancêtres, certains datant de près de 5 000 ans.

Tiré de diverses collections archéologiques, dont celles de Montmagny et de l’Université Laval, « Fragments de notre passé » a regroupé des dizaines d’artéfacts afin de permettre aux citoyens d’en apprendre sur la Seigneurie de la Rivière-du-Sud. Certaines reproductions sont aussi présentées afin de montrer aux gens à quoi l’objet ressemblait à l’époque.

La première section présente des vestiges de l’occupation amérindienne du territoire avec notamment une pointe de projectile datant de près de 5 000 ans. Les visiteurs peuvent ensuite découvrir le village de Saint-Thomas-de-la-Pointe-à-Lacaille et sa fin prématurée. La riche famille Bélanger est aussi mise en valeur avec une reconstruction numérique de leur demeure particulière ainsi que son histoire. Finalement, les gens sont invités à plonger dans le quotidien de leurs ancêtres en découvrant comment ils s’habillaient, avec quoi ils cuisinaient, etc.

La seigneurie, un site archéologique

Les fouilles archéologiques dans la Seigneurie de la Rivière-du-Sud ont commencé il y a 50 ans. La première étude s’est déroulée en 1970 à Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud. Le potentiel de l’endroit a vite été remarqué par les chercheurs. Les dernières fouilles étaient sur le site de la maison de Pierre Bellanger entre 2013 et 2017. Ces nombreuses recherches ont permis de découvrir de nombreux objets qui font partie de diverses collections archéologiques au Québec.

Un guide audio à portée de main

M. Lavoie explique que les recherches qui ont mené à ces expositions font plus de 40 pages. C’était trop d’information pour mettre tout sur les murs de la salle. Les organisateurs ont donc conçu un guide audio pour les visiteurs qui seraient intéressés à découvrir ce contenu complémentaire. Il est possible d’y accéder avec son propre téléphone cellulaire, une connexion Wi-fi étant disponible sur place.

L’exposition « Fragments de notre passé » est disponible à la Maison sir Étienne-Paschal-Taché jusqu’au 16 octobre. Le personnel de l’établissement demande aux visiteurs de réserver avant de se présenter afin d’assurer le respect des mesures sanitaires.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires