Une nouvelle direction pour le camping Au Bonnet Rouge

Photo de Anne-Frédérique Tremblay
Par Anne-Frédérique Tremblay
Une nouvelle direction pour le camping Au Bonnet Rouge
Dylan Bélanger et Pierre Jean s’occupent désormais du camping Au Bonnet Rouge.

Dylan Bélanger, 23 ans, et son père, Pierre Jean, ont acheté il y a de cela un an le camping Au Bonnet Rouge de Saint-Jean-Port-Joli. Originaires du coin, les deux hommes vivent présentement leur deuxième saison à la direction de l’endroit. Ils poursuivent le travail réalisé dans l’objectif de bien répondre aux besoins des campeurs.

L’ancien propriétaire, Richard Pelletier, a confié au père et au fils son désir de vendre le camping. Ces derniers ont alors sauté sur l’occasion, décidant de se partager l’entreprise 50/50.

Ils étaient déjà familiers avec l’ancien propriétaire du camping, puisque la mère de Dylan y avait travaillé. Celle-ci lui avait confié, par le passé, le souhait de la famille d’acheter le camping si jamais M. Pelletier considérait cette option.

À la base, Dylan ne prévoyait pas devenir copropriétaire d’un camping. À l’heure actuelle, il travaille en tant que mécanicien dans une mine située dans le nord. Son père, travaillant également à l’extérieur de la région, et lui se divisent chacun les tâches organisationnelles afin d’assurer le bon déroulement des activités lors de la saison estivale.

« Le premier été s’est bien passé. C’est sûr et certain qu’on a couru un peu parce que c’est de l’adaptation, mais ça s’est super bien passé et tout se passe bien également jusqu’à maintenant », raconte Dylan.

M. Jean vient de Saint-Jean-Port-Joli et son fils est originaire de Saint-Damase-deL’Islet. Vivant dans un environnement d’entrepreneurs depuis toujours, il était naturel pour eux d’acquérir le camping. À la base, bien que la décision d’acheter s’est faite un peu sur un coup de tête, Dylan voulait trouver un projet l’incitant à revenir de façon permanente dans la région.

Camping familial
Dylan précise que chaque membre de la famille a son rôle à jouer au camping. « Mon frère vient faire des rénovations quand j’en ai besoin, ma sœur fait un peu de comptabilité et de bureau, ma mère est gérante, et j’ai engagé ma tante, c’est vraiment la famille. »

Il affirme que l’atmosphère est joviale sur le site. Bien que les terrains soient tous séparés, les relations entre les campeurs sont très amicales et ils se mêlent bien aux autres.

Un bel été en prévision
Le plus gros défi cette année est la température, qui apporte son lot d’annulations. Sinon, Dylan prévoit un été très achalandé, surtout pour les fins de semaine de la construction et la fin de semaine de la Fête des Chants de Marins.

Pour le moment, le camping vit au jour le jour, mais demeure prêt, en cas de nécessité, à s’adapter aux besoins des campeurs. La situation au camping va bien et c’est le plus important pour les deux propriétaires. « Cette année, on a rénové la salle, on a un coin pour les cyclistes, on a fait l’acquisition d’un défibrillateur accessible à tous 24h sur 24. On a apporté quelques améliorations depuis notre arrivée », explique Dylan.

Lors de sa création par M. Jean-Paul Bourdeau dans les années 60, le camping a débuté avec 25 terrains, pour ensuite se développer à 41 places sous M. Grégoire Bourdeau. L’endroit compte aujourd’hui 71 terrains.

Rappelons que M. Pelletier, le propriétaire précédent, a effectué de multiples travaux en transformant le restaurant-bar et les chambres en logements, tout en améliorant le camping afin de développer le nombre d’emplacements, de 0 à 3 services. Petit fait historique, selon les vieilles traditions, les gens de la ville étaient surnommés des «Bonnets Rouges », tandis que ceux de la campagne étaient des «Bonnets Bleus».

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires