Une nouvelle étape pour la Boutique des Berges

Photo de Anne-Frédérique Tremblay
Par Anne-Frédérique Tremblay
Une nouvelle étape pour la Boutique des Berges
Les propriétaires Stéphane Savard et Lucie Audet.

Lucie Audet et Stéphane Savard ont ouvert la Boutique des Berges, dans une maison ancestrale de Saint-Jean-Port-Joli, il y a environ six ans. Comme il s’agissait aussi de leur lieu de résidence, les deux entrepreneurs ont décidé de déménager dans de nouveaux locaux, personnalisés à leur image, au cœur de Saint-Jean-Port-Joli. Leur boutique de mode, de décorations et de soins se trouve désormais sur l’avenue de Gaspé Est, à proximité de l’église.

Résidant auparavant à Portneuf, le couple est déménagé sur un coup de cœur à Saint-Jean-Port-Joli en 2016 après être tombé en amour avec une maison ancestrale du coin. Caressant le rêve d’ouvrir leur propre boutique, ils ont mis leur ancienne vie de côté et se sont consacrés à la réalisation de leur projet, sans savoir ce que l’avenir leur réservait. « Quand on a débuté la boutique il y a six ans, on ne pensait pas que ça allait être aussi gros que ça!», avoue Stéphane Savard.

L’inventaire, installé dans leur maison ancestrale, se voulait de plus en plus imposant dans la dernière année. L’espace était graduellement plus restreint et leurs produits s’éparpillaient dans leur maison. Il en résulta qu’il s’avérait plus difficile de séparer leur vie professionnelle de celle du privé.

« Ça faisait quelque temps qu’on se posait la question si on agrandissait, parce que depuis quelques années, la clientèle a grandi et le besoin était là. En pesant les pour et les contre, c’était un peu plus compliqué d’agrandir notre maison pour la boutique. Manu Atelier Culinaire, à qui appartient l’établissement, m’a contactée au mois de décembre pour me demander si j’étais intéressée à louer un local dans le futur bâtiment (…). Au mois de mars, on a officialisé le déménagement. On travaille sur ce projet depuis ce moment, même si la bâtisse n’était pas encore construite », explique Mme Audet.

Ils avouent qu’il s’agit d’une plus grosse étape que lorsqu’ils ont ouvert il y a six ans.

« On a décidé de faire le saut, malgré la pandémie. On s’est dit, qui ne risque rien n’a rien », ajoute-t-elle.

La superficie du nouvel emplacement représente le double de celle du premier. La boutique comprend désormais trois salles d’essayage au lieu d’une. Les périodes touristiques peuvent être très achalandées, selon les propriétaires, et une seule cabine ne pouvait convenir à la demande.

Ils ont engagé une employée à temps plein afin de devenir leur bras droit à la boutique. M. Savard va dorénavant y consacrer la majorité de son temps. Tous les deux prévoient une augmentation d’achalandage, spécialement cet été lors de la période touristique, en étant au cœur du village.

Une touche antique
Afin de conserver la touche ancestrale de leur maison, Mme Audet, aussi designer intérieur, a misé sur un look décoratif plus  ancien. « On ne voulait pas avoir un look trop commercial ou industriel », souligne M. Savard. Plusieurs clients mentionnaient leur tristesse d’apprendre le déménagement puisqu’ils craignaient de perdre la touche de la maison originaire de 230 ans.

« Je voulais donner un look un peu love, vintage, en allant chercher des matériaux un peu rustiques et recyclés. On a recyclé du bois de grange et je me suis fait faire un présentoir en bois recyclé. L’idée était d’aller chercher des choses un peu de seconde main aussi et leur redonner une seconde vie. J’ai du mobilier antique au travers. On voulait recréer un charme qu’une bâtisse commerciale ne peut pas nous offrir», explique la propriétaire.

Ils ont profité du début de la pandémie afin de mettre en place un site Internet en ligne. Pour le moment, ils visent principalement la clientèle locale. Il leur arrive toutefois de recevoir des commandes de l’extérieur de la province de plus en plus fréquemment.

Une vidéo publiée sur leurs réseaux sociaux a d’ailleurs obtenu plus de 965 000 visionnements. À ce jour, leur site représente 30% de leur chiffre d’affaires. « C’est un heureux problème qu’on vit. On est rendu avec une page Facebook où on a des “likes” de partout à travers la province et on a des commandes d’un peu partout », souligne M. Savard

Les propriétaires sont fébriles à l’idée de connaître les réactions de leur clientèle. La boutique demeurera maintenant ouverte à l’année en raison de la forte demande. La réouverture dans leur nouveau local s’est effectuée officiellement jeudi dernier.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires