Difficile d’être la seule femme au sein d’un conseil municipal

Photo de Katy Desjardins
Par Katy Desjardins
Difficile d’être la seule femme au sein d’un conseil municipal
Sylvie Boulet, conseillère à la Ville de Montmagny.

Sylvie Boulet est conseillère à la Ville de Montmagny. Bien qu’elle compte obtenir un nouveau mandat aux prochaines élections municipales, elle espère que plus de femmes tenteront leur chance cette fois, car il peut être très difficile pour une femme seule de prendre sa place au sein d’un conseil remplit d’hommes.

Sylvie Boulet terminera son premier mandat au conseil municipal de la Ville de Montmagny au moment des prochaines élections en novembre 2021. Lors de sa nomination en 2017, elle s’est retrouvée seule en tant que femme, les cinq autres conseillers ainsi que le maire étant des hommes. « Sincèrement, prendre sa place au sein du conseil en étant la seule femme c’est vraiment difficile. »

Elle mentionne qu’elle a dû adapter plusieurs choses, y compris sa prise de parole au sein d’un groupe : « Moi quand j’avais une question je levais ma main et j’attendais mon tour. La plupart du temps tout le monde prenait la parole avant et j’attendais. » Mme Boulet mentionne aussi qu’elle a souvent l’impression que plusieurs de ses idées ne sont pas considérées bonnes, car c’est une femme qui les propose. « Souvent je faisais une proposition ou une question qu’on rejetait, puis quelqu’un après moi la reformulait et c’était soudainement une bonne idée. »

La conseillère croit finalement que le conseil saurait beaucoup bénéficier d’une plus grande présence féminine en son sein. « Pour la place des femmes au conseil municipal, je crois qu’il y a assurément encore du travail à faire. Je suis la seule femme présentement, mais je souhaite tellement qu’il y en ait plus qui se présentent aux prochaines élections. » Elle rappelle toutefois qu’elle aimerait que le conseil reste paritaire et que certains de ses collègues actuellement se représentent aux élections afin de faire avancer les projets qui sont déjà en cours et qu’un suivit soit effectué.

Rappelons que, en Chaudière-Appalaches, seuls 37 conseils municipaux sur 137 peuvent être considérés comme paritaires selon le Réseau des groupes de femmes de Chaudière-Appalaches (RGFCA).

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires