Michel Forget souhaite que plus d’immigrants demeurent dans les régions

Photo de Katy Desjardins
Par Katy Desjardins
Michel Forget souhaite que plus d’immigrants demeurent dans les régions
Michel Forget a obtenu l'appui des ex-députés Paul Crête et André Simard. (Photo de courtoisie)

Le candidat du Parti Québécois en Côte-du-Sud, Michel Forget, a présenté les propositions de son parti en matière de coût de la vie et des régions. Il considère que plusieurs d’entre elles pourraient être bénéfiques pour le comté, comme les mesures encourageant les immigrants à s’établir et à rester en région.

M. Forget a fait ressortir les propositions du Parti Québécois qui apporteraient le plus à la région de Côte-du-Sud à son avis.

Coût de la vie :

  • Aider celles et ceux qui en ont réellement besoin via une allocation de 1 200 $ (pour les revenus inférieurs à 50 000$) ou de 750$ (pour les revenus entre 50 000$ et 80 000$).
  • Aider les aînés de 65 ans et plus ayant un revenu inférieur à 35 000 $ par l’octroi d’une allocation de 1 000$.
  • Doubler le crédit d’impôt de solidarité.
  • Hausser graduellement le salaire minimum jusqu’à 18 $.
  • Réformer la Loi sur l’équité salariale afin de lui donner plus de mordant.

Garderie et logement :

  • Ajouter près de 135 000 places au réseau des CPE (nouvelles places et conversion de places en garderies privées), afin de combler le déficit de 52 000 places en garderie.
  • Créer 25 000 logements sociaux en cinq ans.
  • Faire un moratoire afin que les logements sociaux ne deviennent pas des propriétés privées après 35 ans.
  • 25 000 $ pour les maisons intergénérationnelles.
  • Revoir la clause F sur les baux afin d’éviter les trop fortes augmentations des coûts des loyers.

Économie et immigration

  • Cibler la régionalisation de 50 % des nouveaux arrivants, avec une voie rapide pour celles et ceux qui s’engagent à s’installer en région, et des incitatifs pour qu’ils y demeurent.
  • Lever les barrières fiscales qui dissuadent les gens de 60 ans et plus à demeurer actifs sur le marché du travail. Cela se traduira par un important rabais d’imposition, sans pénalité quant aux revenus de retraite.
  • Créer un PQI régional totalisant 70 G$, soit une enveloppe bonifiée de 11 G$. Cela représente un gain de 1,1 G$ par année, ce qui permettra de rattraper le retard dans les investissements en région.

M. Forget mentionne qu’il est nécessaire que plus de gens immigrent vers les régions du Québec, mais aussi de mettre en place des incitatifs financiers afin de les encourager à y rester. Il donne l’exemple des travailleurs étrangers qui ont tendance à se rediriger vers les grandes villes lorsque leur permis de travail expire, car plus de gens issus de leur communauté d’origine s’y trouvent. Il croit que des incitatifs financiers pourraient les faire reconsidérer cette décision. M. Forget invoque aussi que la différence des frais de scolarité des étudiants étrangers pourrait être remboursée à ces derniers s’ils choisissent de s’établir en région après leurs études.

Le candidat ajoute toutefois que l’immigration est importante pour pallier la pénurie de main-d’œuvre, mais qu’il ne s’agit pas de la seule solution. Il explique que de rester au travail doit redevenir attractif pour les gens de plus de 60 ans, car ceux qui désirent continuer à travailler sont déjà formés et efficaces. Il croit aussi qu’il est impératif d’ouvrir de nouvelles places en garderie afin que les parents qui ne peuvent par retourner travailler, car ils sont en attentent d’une place puissent le faire.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires