Montmagny : l’engagée

L’économie sociale aux quatre coins de la région

Dans la MRC de Montmagny, l’économie sociale répond à des besoins importants auprès de la communauté. Certaines municipalités rurales ont besoin de ces entreprises pour pallier à des manques que les entreprises privées ne peuvent combler. Sur ce vaste territoire, les besoins sont bien différents d’une municipalité à l’autre.

Une vision locale d’entraide

Dans ce coin de la Chaudière-Appalaches, ce modèle d’affaires vise à aider les gens dans le besoin, se rallier derrière des missions sociales axées sur l’humain et maintenir la qualité de vie du milieu.

Pour Johanne Deschênes, directrice générale du Centre d’entraide familiale de la MRC de Montmagny, l’économie sociale permet « de faire bouger son milieu, d’offrir des services pour que la population reste dans les villages ». Le centre d’entraide est un acteur important pour contrer la dévitalisation dans Montmagny-Sud.

« Économie sociale, ça le dit dans le nom, c’est de l’économie au service de l’économie de la région, mais c’est aussi du social qui aide la communauté», explique Meyranie Lessard, conseillère aux entreprises au Centre d’Aide aux Entreprises (CAE) Montmagny-L’Islet.

Pour Hélène Ouellet, présidente du conseil d’administration de Mode sans frontière, l’économie sociale est présente pour animer les milieux.

Un modèle d’affaires méconnu

Un des défis de l’économie sociale dans la MRC est celui de la reconnaissance. Souvent, les citoyens n’ont pas conscience qu’ils consomment dans une entreprise d’économie sociale et certains entrepreneurs n’ont pas le réflexe de s’identifier à l’économie sociale.

« L’économie sociale est essentielle, elle a sa place et elle a avantage à être plus connue. Les gens ne font pas la distinction entre privé ou économie sociale », affirme André Couillard, directeur général du CAE Montmagny-L’Islet.

Elisabeth Caron, directrice générale de l’entreprise adaptée Formaca, souligne qu’on ne constate pas facilement tous les impacts des entreprises d’économie sociale sur une communauté.

De son côté, le directeur général d’Écoprise, Mario Guimont, se retrouve avec des défis différents, mais en raison de la méconnaissance de ce modèle d’affaires, « il est plus difficile d’offrir des prix intéressants à ceux qui veulent faire affaire avec nous, on est une petite entreprise qui ne bénéficie pas de tarif préférentiel sur les matériaux de base. On ne cherche pas à faire du profit, mais il ne faut pas avoir de dettes non plus ». Écoprise est une entreprise qui transforme le bois, elle offre un programme d’éducation aux élèves en difficulté. Ici, ce sont les élèves qui travaillent; une douzaine d’élèves passent par Écoprise chaque année.

Crédit photo: AB

« On entend souvent des préjugés de la part des gens qui n’utilisent pas nos services, ils ne les connaissent pas bien, mais ceux qui les utilisent nous offrent tellement de reconnaissance », explique la présidente du conseil d’administration du centre d’entraide, Linda Proulx.

Des entreprises qui misent sur l’humain

La directrice générale de Formaca affirme qu’« on se sent valorisé, je reçois des marques de reconnaisse au quotidien, on sent qu’on fait une différence dans leur vie ».

Pour ces entrepreneurs, avant tout il y a l’envie de venir en aide à sa communauté, avoir un impact auprès de celle-ci et maintenir une qualité de vie exemplaire dans son milieu.

« Je ne cherche pas de reconnaissance, je ne veux rien en retour, ça apporte beaucoup à la communauté, je m’implique et ça vient du cœur », explique Hélène Ouellet. Il va de même pour le directeur général d’Écoprise : « Je me sens choyé de pouvoir aider ces élèves-là, je trouve qu’on est privilégié ».

Mode sans Frontières offre des biens à prix modiques pour n’importe qui, dans le besoin ou non. Crédit photo: AB

Ces entreprises font vivre leur milieu et elles font des pieds et des mains tous les jours pour offrir des services, des emplois et de l’aide à toute leur communauté.

Cette chronique a été réalisée par la Table régionale d’économie sociale de Chaudière-Appalaches (TRÉSCA). La TRÉSCA a pour mission de promouvoir l’économie sociale, de soutenir le développement des entreprises collectives et en favoriser l’émergence en Chaudière-Appalaches. Pour lire toutes les chroniques, rendez-vous au www.tresca.ca.