24 mai 2024

Un nouveau crime pour la belle-mère indigne

En plus d’avoir commis des voies de fait sur sa belle-fille mineure, de l’avoir harcelée et d’avoir étranglé son chat, la belle-mère indigne l’a également dépouillée de toutes ses économies de plus de 20 000 $, notamment pour payer ses beuveries dans des bars de la Côte-du-Sud.

Le dossier de la belle-mère indigne, une résidente du district judiciaire de Montagny, a fait l’objet d’un article dans l’édition du 13 mars du Journal. Celle-ci venait alors d’être déclarée coupable de trois chefs d’accusation pour avoir infligé une série de mauvais traitements à la victime mineure, l’enfant de son conjoint.

Or, il appert que celle-ci a doublé ses torts d’un affront et a démontré encore une fois sa turpitude morale. Le jeudi 4 avril dernier, au Palais de justice de Montmagny, elle a reconnu sa culpabilité à un chef d’accusation de fraude de plus de 5 000 $ envers sa belle-fille. Les événements se sont déroulés entre 2020 et 2022.

Durant cette période, la victime adolescente occupait un emploi de soir et de fin de semaine dans un restaurant de fast food de Montmagny afin d’économiser des sous pour financer ses projets futurs, telles des études supérieures, comme plusieurs autres jeunes. Au total, en deux ans, elle a gagné 20 300 $ à la sueur de son front.

Considérant qu’elle était mineure, elle a confié sa carte bancaire à son père et à sa belle-mère. Or, plutôt que de préserver son patrimoine, ceux-ci ont abusé de sa confiance, et ils l’ont utilisé pour se payer des beuveries dans des bars de la MRC de Montmagny, des constats d’infraction, en plus de diverses dépenses courantes sur une période de deux ans.

En 2022, après avoir dénoncé les sévices dont elle était victime, l’adolescente a été prise en charge et elle a repris le contrôle de ses finances. Elle constate alors qu’il ne lui reste que 0,62 $ dans son compte de banque.

Lors de l’audience, la belle-mère indigne a reconnu sa culpabilité à l’infraction reprochée. Son avocat a demandé à joindre ce dossier à celui des sévices corporels afin qu’un rapport présentenciel global soit rédigé. Les représentations sur la peine auront lieu en juin prochain.