26 février 2024

Des augmentations de taxes qui font réagir à Sainte-Euphémie

Les citoyens de Sainte-Euphémie-sur-Rivière-du-Sud ont eu droit à une augmentation de taxes importantes sur le compte de 2023. En effet, le taux grimpe d’environ 40¢/100$ par rapport à l’année précédente. Selon le maire, Gilles Giroux, plusieurs tarifs ont augmenté, en plus d’une coupure dans un programme gouvernemental qui aidait beaucoup la Municipalité. Cela a donc eu beaucoup d’impact sur le budget d’une municipalité d’un peu plus de 300 personnes. Selon le maire de Sainte-Euphémie, Gilles Giroux, le taux de taxe des citoyens de sa municipalité est passé de 0,92 $ / 100 $ à 1,30 $ / 100 $ en 2023. M. Giroux mentionne que la dépense qui a le plus fortement augmenté est celle du déneigement. Il explique qu’auparavant, Sainte-Euphémie était éligible à un programme du ministère des Transports qui remboursait une grande partie des dépenses en matière de déneigement. À la suite d’une modification à ce programme dans la dernière année, seulement 30 % des dépenses sont maintenant remboursées. Cela force donc la Municipalité à investir environ 65 000 $ de plus que l’an dernier seulement pour cette dépense. « Je comprends comment ces nouvelles mesures peuvent être appliquées sans problème dans les grandes villes comme Québec et Montréal, mais elles le sont aussi dans les petites municipalités qui ont des réalités complètement différentes. Pour Sainte-Euphémie qui avait un budget total d’environ 800 000 $ l’an dernier, c’est énorme comme différence. » Des augmentations qui s’additionnent En plus des frais additionnels à prévoir pour le déneigement, plusieurs autres dépenses ont beaucoup augmenté dans la dernière année selon M. Giroux. Par exemple, les quotes-parts demandées par la MRC à chaque municipalité ont augmenté de près de 13 000 $ en 2023 pour Sainte-Euphémie, le service d’incendie qui couvre Sainte-Euphémie doit remplacer des équipements et demande 15 000 $ de plus qu’à l’habitude à la Municipalité, le contrat de déneigement était arrivé à terme et le nouveau coûte 28 000 $ de plus annuellement, etc. De plus, la directrice générale actuelle prendra prochainement sa retraite après plusieurs années à occuper le poste. Quelqu’un fut engagé pour la remplacer, mais la municipalité doit payer deux salaires jusqu’à la fin de la formation. Le maire explique qu’il s’agit d’une dépense normale, mais qui s’ajoute à toute les hausses de tarifs qui doivent être assumées cette année. Ces nombreuses dépenses supplémentaires ont donc obligé la municipalité à imposer une augmentation de taxes importantes dans une municipalité où il y a seulement environ 300 personnes selon le maire. Difficile de joindre les deux bouts Le maire de Sainte-Euphémie affirme être conscient que la population pourrait avoir de la difficulté à assumer cette forte hausse de taxe, car les citoyens sont parmi les plus pauvres de la MRC de Montmagny. En effet, selon le dernier recensement de la population de Statistique Canada en 2021, le salaire médian pour un ménage à Sainte-Euphémie-sur-Rivière-du-Sud est d’environ 46 000 $ annuellement. M. Giroux affirme que la Municipalité est entrée en contact avec le député provincial Mathieu Rivest lorsqu’ils ont appris le changement au niveau du programme d’aide pour le déneigement. Il savait que cela ferait beaucoup augmenter le budget. Il n’y aurait toutefois pas eu de changement au niveau du programme comme il l’espérait. Le maire espère que le député de Côte-du-Sud fera des démarches dans la prochaine année afin que le programme qui subventionne le déneigement revienne à sa forme originale. Si ce dernier affirme ne rien pouvoir faire, il souhaite avoir la possibilité de faire lui-même des démarches auprès du ministère des Affaires municipales et de l'Habitation et du ministère des Transports afin que la situation soit régularisée. Ainsi, il espère pouvoir diminuer le taux de taxes pour l’année 2024. Des fusions à venir? Toujours selon le maire de Sainte-Euphémie, également préfet suppléant de la MRC de Montmagny, le conseil des maires de la MRC a été rencontré par un représentant du ministère des Affaires municipales et de l'Habitation afin de discuter des possibilités concernant une mise en commun des ressources de certaines municipalités dans le secteur. Pour M. Giroux, il s’agit d’une option qu’il serait important de considérer. Il explique qu’il est de plus en plus difficile pour les petites municipalités comme la sienne de payer toutes les dépenses nécessaires pour répondre aux besoins des citoyens. Il ajoute qu’à chaque élection municipale il semble être de plus en plus difficile de trouver des candidats pour tous les postes de maires et de conseillers dans toutes les municipalités. Il est donc d’avis qu’un regroupement où un conseil agit sur un plus grand territoire pourrait être bénéfique, car la population pourrait peut-être choisir entre plusieurs candidats plutôt que de toujours voir quelqu’un être élu par acclamation. Selon le préfet suppléant, le conseil des maires de la MRC continuera à discuter de cette option et de ses répercussions dans les prochains mois.

Articles reliés