09 juin 2024

Les commerçants s'impliquent pour une ville plus inclusive

Les responsables du projet « Montmagny – Ville et commerces inclusifs » ont fait le point sur les démarches qui ont été entreprises dans la dernière année afin de découvrir les obstacles que rencontrent les gens vivants avec un handicap et d’y remédier. Quatre commerces de la ville ont accepté de se soumettre à une évaluation et d’appliquer des changements afin de devenir plus inclusifs. À l’hiver 2023, un sondage fut lancé visant les gens vivants avec certaines limitations afin de découvrir les obstacles principaux qu’ils rencontrent lorsqu’ils essaient de faire leurs achats ou simplement de participer à la vie communautaire. Il était aussi demandé de nommer les endroits qu’ils souhaiteraient voir plus accessibles dans l’avenir. Quatre commerces ont par la suite été sélectionnés et ont accepté de se faire évaluer par des responsables du projet, soit les Arts de la scène (ADLS), le Café Bistro Au Coin du Monde, la Librairie Livres en tête et les Galeries Montmagny. Un rapport complet leur a ensuite été remis avec leurs points forts et leurs points faibles ainsi que des pistes de solutions pour aider les entrepreneurs à rendre leur commerce plus inclusif. Les commerçants ont tous témoigné que l’expérience fut constructive pour eux et qu’ils tenteront au cours des prochains moins d’apporter au moins quelques modifications mineures qu’il leur fut suggéré. Les Arts de la scène (ADLS) « Nous avons apprécié ce projet, premièrement car nous pensions que nous étions vraiment bons en matière d’inclusivité. Le rapport nous a effectivement montré plusieurs points positifs, mais aussi certaines choses que nous pourrions améliorer auxquelles nous n’avions pas pensé, car elles étaient dans notre angle mort », mentionne Mireille Soucy, directrice du marketing et des communications. Elle ajoute que l’entreprise culturelle s’assurera que les émetteurs remis aux personnes ayant un problème d’audition fonctionnent bien dans toutes les salles, que la hauteur d’installations dans les salles de bains adaptées sera changée et que la taille des caractères des menus pourrait aussi être revue. D’autres travaux majeurs devront attendre pour le moment, mais Mme Soucy affirme qu’il faudrait éventuellement laisser un meilleur dégagement pour les espaces réservés aux fauteuils roulants dans les salles. Café Bistro Au Coin du Monde « Nous sommes des gens positifs qui n’ont pas peur de faire de nouvelles choses afin d’avancer », affirme Stéphane Lavoie, co-propriétaire du Café Bistro au Coin du Monde lorsqu’il fut interrogé sur pourquoi il avait accepté d’embarquer dans le projet. Il ajoute que son restaurant est situé dans un très vieux bâtiment qui ne prenait pas vraiment en considération les critères d’inclusivité, car la salle de bain est à l’étage inférieur et qu’il faut monter plusieurs marches pour accéder à l’établissement. Pour le moment, M. Lavoie souhaite mettre en priorité les choses que son équipe peut changer rapidement, comme de faire imprimer des menus avec une écriture plus grosse et de revoir le lettrage des indications vers les salles de bain, car cela peut porter à confusion. Des travaux majeurs comme l’aménagement d’une salle de bain au premier étage et un monte-personne seront toutefois peut-être intégrés à d’autres travaux d’améliorations prévus par le restaurant. Librairie Livres en Tête La propriétaire du commerce, Claudine Landry, explique qu’à l’époque la librairie était située dans deux bâtiments et avait deux accès. Avec la pandémie, une des deux portes fut condamnée, mais l’affichage est resté à la hauteur de cette dernière. Elle souhaite donc déplacer cela vers la bonne porte d’entrée. D’autres travaux majeurs pourraient aussi éventuellement améliorer l’accessibilité au commerce. « Comme commerçants, nous accueillons toute sorte de clientèle. Bien que l’on connaisse souvent les contraintes que notre magasin impose, nous ne savons pas nécessairement comment y remédier. Le rapport contenait beaucoup de commentaires constructifs afin de nous aider à offrir un meilleur service à la clientèle ». Les Galeries Montmagny Mélissa Asselin, directrice des Galeries Montmagny, a affirmé que certaines modifications pour rendre le centre commercial plus inclusif seront considérées dans l’exercice financier de 2024. « Pour le moment, il y a des petites choses banales que nous pouvons déjà faire, comme descendre les crochets dans les salles de bain qui était à une hauteur de six pieds. Cela ne nous coûte rien d’apporter ce changement, mais c’est vrai que si quelqu’un est en fauteuil roulant c’est difficile d’accrocher son manteau », mentionne Mme Asselin. Elle ajoute que d’autres modifications suivront comme l’ajout de portes automatiques et l’ajout de l’espace supplémentaire autour des stationnements pour personnes handicapées lorsque les lignes du stationnement seront refaites.

À propos du projet « Montmagny – Ville et commerces inclusifs » La phase 1 du projet « Montmagny, Ville et commerces inclusifs » était financée par l’Office des personnes handicapées du Québec et était prévue sur une durée d’un an. Il était piloté par la chargée de projet Mélanie Leblanc. Afin de cibler les actions à prioriser afin d’avoir un impact dans la communauté malgré la durée prévue du projet, un comité fut composé. Il y siégeait des représentants du Regroupement des Organismes de Personnes Handicapées Région Chaudière-Appalaches (ROPHRCA), de L’Arc-en-Ciel Regroupement de Parents et de Personnes Handicapées, de la Ville de Montmagny, de la Société de développement économique (SDÉ) de Montmagny, et de l’Association régionale de loisir pour personnes handicapées de la Chaudière-Appalaches (ARLPH-CA) ainsi que de parents de personnes handicapées. Mme Leblanc mentionne que la possibilité d’une phase deux au projet qui toucherait de nouveaux commerces dans la ville est présentement évaluée, mais que rien n’est annoncé pour le moment.

Articles reliés