17 avril 2024

Maison La Frontière : hausse historique de 52 %

Le mois de novembre a été surchargé pour la Maison La Frontière qui a dû répondre à 329 personnes nécessitant un dépannage alimentaire comparativement à 217 à pareille date l’année dernière. La directrice générale de la Maison La Frontière, Paule Giasson, a aussi noté une augmentation des requêtes de la part des personnes immigrantes qui se chiffraient à 49 comparativement à 19 lors de la même période en 2022. De plus, 40 personnes ont eu recours aux services de la Frontière pour la première fois ce mois-ci, représentant un bond de 53 % par rapport à novembre 2022. «Ce qui m’inquiète, ce sont ceux qui n’osent pas en demander», a-t-elle avoué. Interrogée à savoir pourquoi il y a eu un tel bond cette année, Mme Giasson explique que plusieurs facteurs peuvent être considérés, dont la santé mentale fragile, la hausse des coûts des aliments ainsi que l’instabilité résidentielle. « C’est une charge mentale quand tu ne sais pas si tu vas perdre ton logement ou être en mesure de t’en trouver un autre. C’est difficile pour la personne et cela a un impact sur la façon avec laquelle elle va dépenser son argent, car elle ne sait pas combien il va lui en rester. » La directrice générale a constaté que les clients fréquentant les banques alimentaires ont changé au fil du temps.  Elle a fait référence aux individus qui ont perdu momentanément leur emploi ou qui sont tombés malades. « La maladie peut changer drôlement le cours d’une vie. Trois mois sans travailler peuvent avoir un impact sur le long terme lorsque tu es déjà fragile. » Du même souffle, la directrice générale constate que certains citoyens ont de la difficulté à avoir accès à une cuisine, car ils demeurent en chambre. « Ils ont un environnement précaire pour cuisiner. Donc, ils vont acheter du prêt-à-manger qui est plus dispendieux. » Un problème social Paule Giasson estime que la réalité de son organisation n’est pas propre à Montmagny. « C’est un problème de société. De notre côté, ce qui est important, c’est de répondre aux besoins de tous les clients. Chaque dépannage est unique et adapté à la personne en fonction de ses ressources et de ses capacités à cuisinier. » Le gouvernement Legault a annoncé récemment qu’il débloquait 8 millions pour venir en aide aux banques alimentaires.