19 juin 2024

TCA prend la relève du transport adapté dans la MRC

Transport collectif et adapté (TCA) de la MRC de Montmagny a obtenu le mandat de la MRC d’effectuer le transport pour cette clientèle sur l’ensemble du territoire à partir du 1er mars, relevant ainsi Transbelimont. Cette dernière organisation veillait à ce mandat depuis 1979, alors que le contrat avait été octroyé à Loisirs Adaptés Montmagny inc. (L.A.M.I.), devenu Transbelimont en 1987. Ce dossier se discutait depuis plus d’un an alors qu’un projet de regroupement de services avait été lancé. Il faut savoir qu’en matière de transport collectif, le ministère des Transports du Québec (MTQ) délègue ses compétences aux MRC et en transport adapté, le MTQ délègue ses compétences aux municipalités. Récemment, explique Donald Veilleux, directeur de TCA, « les cinq municipalités du Nord de la MRC, soit Montmagny, Cap-Saint-Ignace, Berthier, Saint-François et Saint-Pierre, dans une volonté d’optimiser les ressources en transport collectif et adapté présentes sur le territoire de la MRC de Montmagny et d’ainsi offrir un meilleur service à tous les citoyens de la MRC, ont décidé de déléguer leurs compétences à la MRC. Ainsi, au Conseil des maires le 21 février, la MRC de Montmagny a décidé, par résolution, d’accepter les compétences des cinq municipalités en matière de transport adapté. » Toujours par voie de résolution, les maires de la MRC ont donc délégué le mandat d’assurer le service aux cinq municipalités du Nord à TCA. Il faut savoir que cette dernière, en plus d’assurer le transport collectif sur tout le territoire de la MRC, assure également le transport adapté dans les huit municipalités du Sud de la MRC depuis plusieurs années à la satisfaction des usagers. Le problématique résidait dans le fait que TCA était incapable d’obtenir les informations au sujet des 177 personnes qui utilisent le service, dont 10% se déplacent en fauteuil roulant. La MRC tiendra une conférence de presse mardi matin. Bris de service? Selon M. Veilleux, plusieurs dispositions ont été mises en place afin d’éviter un bris de service pour les usagers. Les voici : -Taxi-500 prendront beaucoup de transports de personnes admises, sans fauteuil roulant. Les transports avec fauteuil roulant constituent environ seulement 10 % de tous les transports et ils seront assurés par des autobus adaptés; -TCA disposera de deux autobus adaptés qui seront en fonction dès mercredi matin; -Au besoin, si la demande le justifie, TCA se procurera un 3e autobus adapté; -Un transfert des appels pour Transbelimont sera effectué vers TCA afin qu’aucun appel des usagers ne demeurent sans réponse. M. Veilleux espère que « l’ensemble de ces mesures permettra, nous en sommes convaincus, d’assurer la continuité du service, sans bris, pour tous les usagers ». Aucune collaboration TCA a demandé des rencontres pour la transmission des dossiers et des informations au sujet des usagers, une clientèle vulnérable qui affiche une incertitude quant à la desserte de services. « C’est incroyable les téléphones d’usagers que je reçois. Une dame dont le fils est trisomique travaille chez Formaca a reçu l’annonce comme une bombe.  C’est qu’elle travaille à l’extérieur et elle quitte très tôt pour son travail. Si, après son départ, le transport adapté ne passe pas pour amener son fils chez Formaca, que se passe-t-il? Un monsieur doit obligatoirement aller en dialyse trois fois par semaine… » M. Veilleux se disait peiné de vivre une telle situation. Vendredi en après-midi, la préfète de la MRC Jocelyne Caron , Daniel Racine, directeur adjoint, et M. Veilleux devaient rencontrer Gaétane Bélanger, de Transbélimont pour faire débloquer le tout. Aucun développement. « Une chose est sûre, ce n’est pas TCA qui portera l’odieux s’il y a un bris de service », conclut le directeur. Mentionnons que, techniquement, M. Veilleux doit envoyer les routes d’usagers aux deux chauffeurs et à son fournisseur Taxi 500  mardi après-midi vers 15 h afin que ceux-ci prennent connaissance des déplacements. Deux membres du conseil de Transbélimont représentant Montmagny et Berthier, Gabrielle Brisebois et Jocelyn Lapointe, ont démissionné car la démarche va à l’encontre de leurs valeurs.

Articles reliés