23 juillet 2024

Hébert, un joueur d’impact heureux

« Je me sens super bien. Ça faisait quatre ans que j’étais loin de la maison, toujours à l’extérieur. J’étais sûr de moi que je voulais revenir. C’était juste le fait d’être toujours parti. Quand je suis revenu cette année, je me suis dit que ce serait bien de rester à la maison. » Voilà les premiers commentaires émis par Julien Hébert, un centre ayant évolué quatre ans dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, mais avec un succès limité par rapport aux attentes fondées en lui. Alors qu’il était d’âge midget, il figurait parmi les invités des programmes canadiens de hockey. Le patineur concède qu’il aurait pu mieux faire : « J’ai pris les choses trop aisément. Tout allait bien pour moi, alors j’ai pensé que tout serait facile ». Aujourd’hui, il constate que le temps passe très vite mais il a toujours le goût de jouer au hockey et surtout de gagner : « Je m’entraine vraiment sérieusement. J’ai même perdu 20 livres. Je viens ici pour que l’Everest gagne, pour que je connaisse ma meilleure saison ». Par la suite, des portes pourraient s’ouvrir pour qu’il puisse poursuivre son apprentissage, soit évoluer au niveau universitaire, avec McGill ou Trois-Rivières, ou encore s’expatrier en Europe, comme l’ont fait les ex-Everest Alexandre Gagnon et Alex Labbé. Pour le président Pierre Bouffard, voilà de la musique à ses oreilles : « L’ajout d’un joueur local était primordial en vue de la prochaine saison. C’est un honneur d’accueillir un gars de cette trempe comme hockeyeur. Je crois qu’avec ses qualités de leader, ça peut nous amener beaucoup. Il y a de quoi être fier. En plus, nous avons Elliot Lavoie qui, après avoir remporté la Coupe Mémorial avec les Remparts de Québec, nous a dit qu’il s’en venait maintenant pour gagner avec l’Everest. Le message est clair pour tout le monde ». Mentionnons que c’est la première fois qu’un talent local endossera le chandail de l’Everest comme figure dominante dans le circuit junior AAA. Hébert n’avait d’ailleurs que de bons mots pour l’organisation, d’autant plus que son frère Charles a porté les couleurs de l’équipe pendant trois ans. Coulombe échangé Il faut rappeler que le Magnymontois qui s’alignait avec l’équipe l’hiver dernier, l’ailier de 18 ans Jean-Christophe Coulombe, a été échangé au Blizzard d’Edmundston, une formation dirigée par l’ex-entraineur de l’Everest, Simon Olivier. Ce dernier connaît bien la famille Coulombe, ayant d’ailleurs dirigé Olivier l’an dernier. L’Everest voulait garder Coulombe. Cependant, après une rencontre avec l’organisation, Jean-Christophe a manifesté son désir de jouer avec Edmundston. Joueurs locaux Pour le directeur général et entraineur Simon Labrecque, le sujet des joueurs locaux est délicat. Il arrive que le rôle attribué à un joueur ne corresponde pas toujours à la vision de l’athlète ou de la famille. Il y a aussi la notion des études qui entre en ligne de compte. C’est pourquoi les cas doivent être traités un à la fois, avec l’intention de bien servir le hockeyeur et son environnement. De plus, chaque organisation a une limite de contrats à respecter et de joueurs à affilier.