Simon Bérubé s’engage à défendre la gestion de l’offre

Photo de Katy Desjardins
Par Katy Desjardins
Simon Bérubé s’engage à défendre la gestion de l’offre
Simon Bérubé et sa collègue Marie-Christine Richard, candidate dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis (photo de courtoisie.)

Le candidat du Bloc Québécois dans Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup, Simon Bérubé, réitère l’importance de l’agriculture sous gestion de l’offre dans la région de Chaudière-Appalaches et s’engage à la protéger s’il devait être élu le 20 septembre. Il présente donc ses engagements envers les producteurs de lait, d’œufs et de volaille.

Simon Bérubé explique que la gestion de l’offre est un outil de gestion de risque pour les producteurs qui sert à éviter les fluctuations des prix ainsi qu’à leur assurer un revenu stable. À son avis, un des principes de la gestion de l’offre a été particulièrement affecté par les accords internationaux des dernières années, soit le contrôle des frontières par des tarifs à l’importation pour éviter que les produits (ou sous-produits) de l’étranger n’envahissent le marché québécois. « Le maintien de la gestion de l’offre est crucial pour l’avenir de nos régions, la vitalité économique ainsi que la qualité des produits que nous consommons. Il s’agit de la colonne vertébrale économique de plusieurs de nos municipalités », affirme M. Bérubé. Il ajoute que Chaudière-Appalaches est la deuxième région en importance au Canada en ce qui concerne ce mode de gestion avec plus de 1 200 fermes sur son territoire. « Ces dernières années, les libéraux et les conservateurs ont sacrifié la gestion de l’offre en créant de nouvelles concessions de marché dans trois accords commerciaux successifs : l’Accord économique et commercial global (AECG), l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP) et l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM). D’ici 2024, 18 % de notre production laitière seront transférés à des producteurs étrangers, remplaçant ceux que nous retrouvons sur les tablettes d’épiceries. »

Le Bloc Québécois souhaite protéger la gestion de l’offre en interdisant au ministre des Affaires étrangères et du Commerce international de la mettre sur la table de négociations. Le Bloc veut aussi exiger que le fédéral accélère les compensations aux transformateurs pour les accords PTPGP et AECG. Le parti veut aussi pousser pour qu’Ottawa règle les compensations pour le ACEUM qui est déjà en vigueur. Les conservateurs auraient majoritairement voté contre la protection de la gestion de l’offre lors de la dernière session parlementaire selon le Bloc Québécois.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires