« Il faut aider nos commerçants aujourd’hui si on veut qu’ils soient encore là demain »

Photo de Katy Desjardins
Par Katy Desjardins
« Il faut aider nos commerçants aujourd’hui si on veut qu’ils soient encore là demain »
Annie Gagnon et Valérie Lebel, deux commerçantes de Montmagny.

Solidarité Montmagny souhaite encourager les citoyens de la région à penser davantage aux commerces locaux lorsqu’ils font leurs achats. En effet, la troisième fermeture serait particulièrement difficile pour plusieurs d’entre eux.

« Lorsque les commerces ferment, on voit une monté fulgurante du commerce en ligne chez les géants comme Amazon », explique Isabelle Normand, directrice générale de la SDÉ de Montmagny. Solidarité Montmagny souhaite rappeler à la population que les commerces de la ville se sont tous dotés de boutiques en ligne et sont beaucoup plus présents sur les réseaux sociaux. Ils offrent également le service de livraison. L’association considère qu’il est donc aussi facile de faire ses achats en ligne en encourageant les boutiques locales que de le faire chez les géants du web. « Les boutiques en ligne sont maintenant toutes opérationnelles et elles n’attendent que les gens de Montmagny-L’Islet », affirme Mireille Thibault du CAE de Montmagny et L’Islet.

Jean-Guy Boulet, président de la CCIM, espère qu’un mouvement de solidarité se formera prochainement chez les citoyens de la région.  « Ça prend un mouvement collectif qui se forme maintenant, pas dans plusieurs semaines. Nos commerces étaient là hier, ils sont là aujourd’hui et il faut les aider à passer à travers la crise si on veut qu’ils soient là demain. » Il explique également qu’il croit que de faire un achat dans un commerce local représente un investissement chez celui-ci, que par son achat, le citoyen permet à l’entrepreneur de continuer et à son commerce de prospérer. Il rappelle que les petites boutiques dépendent directement des ventes qu’elles font pour leur survie.

Solidarité Montmagny craint également que les habitudes de consommation des gens changent de façon permanente en raison de la pandémie; que les gens continuent de se procurer leurs biens en ligne même après la réouverture des magasins. Annie Gagnon, propriétaire de Double Pas, explique qu’elle et les autres commerçants de la ville tentent de donner le meilleur service possible à leur clientèle en cette période de fermeture, car ils ne veulent pas que les gens oublient ce qu’ils ont à offrir. « Je ne sais même pas si c’est rentable ce que je fais, je veux juste survivre pour que ma clientèle pense encore à moi une fois que ça va rouvrir. »

L’association mentionne qu’il est plus important que jamais d’encourager les commerces locaux, car de plus en plus d’entrepreneurs expriment qu’ils ne pensent pas qu’ils seront en mesure de survivre à cette troisième fermeture. « Avant d’aller acheter ailleurs, faites juste regarder un petit peu ce qu’il y a de disponible ici », implore Isabelle Normand.

Aide psychologique offerte

Solidarité Montmagny a fait des démarches auprès du CISSS de Chaudière-Appalaches afin de vérifier la disponibilité des services d’aide psychologique pour les commerçants. L’association confirme que les CLSC de Montmagny, Saint-Fabien, Saint-Pamphile et Saint-Jean-Port-Joli sont prêts à offrir de l’aide dès qu’un commerçant en fait la demande. Il suffit de composer le 811 et de suivre les instructions et la demande sera aussitôt acheminée à l’établissement le plus près. « Si un commerçant a un besoin psychologique particulier, il va être pris en charge immédiatement, il ne faut pas rester seul », rappelle Mireille Thibault, directrice au CAE de Montmagny-L’Islet.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires