La MRC de Montmagny présente les salaires médians les plus bas de Chaudière-Appalaches

Photo de Katy Desjardins
Par Katy Desjardins
La MRC de Montmagny présente les salaires médians les plus bas de Chaudière-Appalaches
Crédit: MRC de Montmagny.

Statistique Canada a publié les résultats de son recensement 2021 de la population du pays. Dans ce troisième texte de la série présentant les données, le Journal s’est intéressé aux salaires médians des citoyens. Selon les résultats, la MRC de Montmagny présente le salaire médian le plus bas suivi par la MRC de L’Islet.

Au Québec, le salaire médiant avant impôts d’un particulier serait de 40 800 $. Pour un ménage, les données affichent 72 500 $. Dans la région de Chaudière-Appalaches, il est légèrement plus élevé pour un citoyen avec 42 400 $. Le revenu médian des ménages serait le même qu’à l’échelle provinciale. La MRC de Montmagny présente le résultat le plus bas dans la région administrative, soit 36 400 $ pour un particulier et 58 400 $ pour un ménage. Les Appalaches est la suivante avec 35 600 $ pour les travailleurs, mais un chiffre plus élevé que la MRC de Montmagny pour les ménages, soit 58 800 $. Elle est suivie de la MRC de L’Islet avec le même revenu médian pour les particuliers que celle de Montmagny, mais 61 200 $ pour les ménages. Lévis est la région avec les chiffres les plus élevés selon Statistiques Canada, soit 47 600 $ pour les particuliers et 84 000 $ pour les ménages.

MRC de Montmagny

Berthier-sur-Mer présente les salaires médians les plus élevés de la MRC avec 45 200 $ pour les particuliers et 82 000 $ pour les ménages. Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud est la suivante, soit 38 400 $ pour les travailleurs et 75 000 $ du côté des ménages. Saint-François-de-la-Rivière-du-Sud la suit de près avec le même revenu médian pour les particuliers, mais 70 000 $ pour les ménages.

Entre 2020 et 2019, les revenus médians ont augmenté partout sauf à Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud qui affiche les mêmes données pour les deux années. Les deux endroits qui montrent la plus grande hausse chez les particuliers sont Sainte-Euphémie-sur-Rivière-du-Sud avec 14,8 % et Saint-Just-de-Bretenière avec 14,3 %. Les plus petites augmentations se retrouvent à Berthier-Sur-Mer, soit 2,7 % et Cap-Saint-Ignace avec 4,4 %.

L’écart entre les hommes et les femmes est significatif dans certaines municipalités. L’endroit où il est le plus grand dans la MRC semble être à Saint-Just-de-Bretenière où la différence est de 44,7 %. Sainte-Lucie-de-Beauregard n’est pas loin derrière avec 44 %. La municipalité où les salaires sont les plus équivalents est Berthier-sur-Mer avec un écart de 7,4 %. Il s’agit ensuite de Sainte-Apolline-de-Patton avec 14,1 %.

MRC de L’Islet

Pour le revenu médian des particuliers, les résultats les plus élevés en 2020 sont à L’Islet avec 40 400 $ et Saint-Roch-des-Aulnaies avec 40 000 $. Pour les ménages, on retrouve à nouveau Saint-Roch-des-Aulnaies avec 71 500 $ et Saint-Aubert avec 67 000 $. Les revenus médians les plus bas sont à Sainte-Félicité, soit 29 400 $ pour les particuliers et 50 400 $ pour les ménages, suivi par Saint-Omer avec 29 600 $ pour les travailleurs et 53 600 $ pour les ménages.

Toutes les municipalités montrent une augmentation du revenu médian entre 2020 et 2019. Pour huit municipalités, elle se situe entre 4 et 6%. L’endroit où elle est la plus petite est Saint-Pamphile avec 2,1% alors que la municipalité où elle est la plus grande est Saint-Omer avec 13 %.

Les écarts entre les revenus des hommes et des femmes sont encore plus grands dans certaines municipalités de L’Islet que dans la MRC de Montmagny. À Sainte-Félicité ainsi qu’à Saint-Adalbert, on retrouve un écart de plus de 62 %. Cinq municipalités dépassent le 50 %. Saint-Cyrille-de-Lessard montre le plus petit écart avec 18,2 %, suivi de Saint-Jean-Port-Joli avec 20,7 %.

Informations statistiques et méthodologie

Afin de présenter les données, le revenu médian a été choisi plutôt que le revenu moyen. La médiane en statistique représente le point milieu des données recueillies. Il y a donc 50% des résultats qui sont au-dessus de la médiane et 50 % en dessous. Cette mesure est considérée comme plus robuste aux données aberrantes et donne donc une meilleure idée. Si, par exemple, un citoyen avait un salaire de 3M$, il influencerait peut-être beaucoup la moyenne à la hausse alors que la médiane ne bougerait pas.

Les résultats des revenus pour les municipalités de Lac Frontière et de Saint-Antoine-de-l’Isle-aux-Grues n’ont pas été publiés. Comme ces deux endroits ont des populations inférieures à 200 personnes, il n’y avait donc pas assez de données pour produire des mesures justes.

Statistiques Canada n’a pas rendu disponible les données concernant les heures travaillées et regroupe tous les salariés ensemble. Il est donc impossible de voir quel pourcentage des gens travaillent à temps plein ou à temps partiel. Aussi, aucune donnée n’est présentée concernant les secteurs d’emploi occupés. Il n’est pas non plus possible de voir l’endettement des citoyens de la région.

Comme le recensement a été fait au cours de l’année 2021 pour être finalement publié en 2022, les revenus présentés sont ceux de 2020 et de 2019. Il est donc impossible d’évaluer la variation des salaires durant la période de pandémie. Aussi, seul le revenu médian des ménages pour 2020 était disponible.

Cet article est le dernier d’une série de trois présentant les résultats du recensement de 2021 de Statistiques Canada. La semaine prochaine, le Journal présentera une synthèse des données faisant ressortir les municipalités qui semblent en plein essor ainsi que celle pour lesquelles ce serait plutôt le contraire.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires