Les jeunes en Chaudière-Appalaches sont plus nombreux à travailler durant leurs études

Photo de Katy Desjardins
Par Katy Desjardins
Les jeunes en Chaudière-Appalaches sont plus nombreux à travailler durant leurs études

Les Partenaires pour la réussite éducative de Chaudière-Appalaches (PRÉCA) souhaitent rappeler aux parents l’importance pour leur jeune d’une bonne conciliation études-travail. Alors que les étudiants semblent entrer de plus en plus tôt sur le marché du travail en ce contexte de pénurie de main-d’œuvre, l’organisme met en garde que le risque de décrochage scolaire semble augmenter en fonction du nombre d’heures travaillées.

PRÉCA mentionne que la littérature scientifique semble être d’avis que le travail durant les études peut avoir des impacts positifs chez les jeunes. Il encouragerait l’autonomie ainsi que de nouveaux apprentissages. Les études scientifiques mentionnent également qu’un travail peut avoir des effets négatifs sur la réussite scolaire. En effet, le risque de décrochage scolaire semble augmenter proportionnellement avec le nombre d’heures travaillées.

Il est normalement suggéré que les jeunes ne dépassent pas 15 heures par semaine afin de pouvoir bien concilier travail et études. Toutefois, PRÉCA affirme que chaque jeune doit établir l’équilibre qui lui correspond en fonction de son contexte personnel.

PRÉCA ne recommande pas de systématiquement interdire aux jeunes de travailler. L’organisme souhaite simplement que ces derniers soient conscients de l’impact que cela peut avoir sur ses études. « Travailler ou pas, c’est un choix qui revient au jeune, et dont il discute avec ses parents. Toutefois, notre rôle en tant que décideurs, employeurs et famille, est d’être vigilants et proactifs pour permettre aux jeunes qui travaillent de réussir et d’être épanouis tout à la fois », explique Ariane Cyr, directrice générale de l’organisme.

Qu’en pensent les parents?

À l’hiver 2020, PRÉCA avait réalisé une enquête en collaboration avec ÉcoBes auprès de parents d’élèves afin de connaitre leurs avis à sur divers sujets concernant les études de leurs enfants. Les résultats ont été publiés par MRC en Chaudière-Appalaches.

Selon le sondage, 81 % des parents dans la MRC de L’Islet trouvaient qu’il était important que leurs jeunes travaillent durant les vacances scolaires. Ce pourcentage passe à 46 % pour ce qui concerne l’importance accordée au travail durant l’année scolaire. En cas de difficultés scolaires liées au travail, 99 % des parents se disaient prêts à intervenir auprès de leur enfant et 88 % seraient prêts à le faire auprès de l’employeur.

Les chiffres sont légèrement différents pour la MRC de Montmagny alors que 82 % des parents disent accorder de l’importance au travail durant la période estivale. Durant l’année scolaire, le pourcentage est de 49 %. En cas de difficultés scolaires liées au travail, 99 % des parents se disaient prêts à intervenir auprès de leur enfant et 84 % seraient prêts à le faire auprès de l’employeur.

Selon le Portrait de la persévérance scolaire et de la réussite éducative en Chaudière-Appalaches publié par PRÉCA en 2021, les jeunes de Chaudière-Appalaches sont nombreux à travailler durant leurs études comparativement à la moyenne québécoise. En effet, 70,9 % d’entre eux occupent un emploi durant l’année scolaire alors que la moyenne est de 52,6 % à l’échelle de la province. Aussi, 15,3 % des jeunes qui travaillent lors de la période scolaire font plus de 15 heures par semaine comparativement à 12 % au Québec. Les chiffres que présentait alors PRÉCA dataient de l’année scolaire 2016-2017.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires