Nicolas Knap s’échappe avec succès de Grosse Île

Photo de Katy Desjardins
Par Katy Desjardins
Nicolas Knap s’échappe avec succès de Grosse Île
Le nageur entouré de son équipe de bénévoles.

Le nageur d’expérience Nicolas Knap a réussi sa traversée à la nage de la Grosse Île jusqu’à la Marina de Berthier-Sur-Mer entreprise le 1 août. L’athlète a complété le parcours d’environ 11 km dans le fleuve Saint-Laurent en 2 heures 14 minutes et 6 secondes, le tout sans combinaison. Cette traversée s’avérait une première dans l’histoire de la nage en eau libre.

Nicolas Knap a plongé dans l’eau à 73 degrés Fahrenheit (environ 23 degrés Celsius) du fleuve Saint-Laurent à la hauteur du quai de Grosse Île vers 8 h 30. Le marathonien des eaux avait comme objectif de s’évader de l’île en nageant jusqu’à Berthier-Sur-Mer.

Il était accompagné de deux kayakistes d’expérience, Hugo Thiffault Girard et Mathieu Ouellet, qui ont fait le parcours à ses côtés afin de superviser et de fournir les ravitaillements à l’athlète. Afin que sa traversée puisse être homologuée et officialisée par la Fédération internationale des nageurs de marathon, deux juges étaient à bord du bateau de tête soit Nancy Thibault et Paul Boisvert. Leurs rôles étaient de documenter l’évasion et de relever des données sur la nage de M. Knap.

Un peu plus de deux heures plus tard, le nageur touche enfin au quai de Berthier-sur-Mer sous les applaudissements des spectateurs venus le féliciter pour cet exploit.

Les deux kayakistes devaient fournir au nageur un ravitaillement toutes les 15 minutes.

Un clin d’œil à la pandémie

Originaire de la France, M. Knap entend parler de « l’île mystérieuse » dès son arrivée au Québec il y a un peu plus de cinq ans. Il visite la Grosse Île pour la première fois l’été passé. « Je me suis tout de suite dit : « Ce serait génial de m’évader d’ici! » », s’exclame le nageur.

Après plusieurs embuches amenées par la pandémie, l’athlète prend la décision de se lancer dans ce projet en juin 2021. Il réunit rapidement une petite équipe qui l’aidera dans son périple et fixe la date de sa traversée : le 31 juillet. Il la reporte au lendemain à cause des conditions météorologiques. « Ça a été très difficile à planifier, mais je suis décidé et rien ne pourra m’arrêter! », exprime M. Knap quelques jours avant son départ.

Il s’agit également d’un clin d’œil aux mesures sanitaires de la pandémie actuelle, la Grosse Île ayant servi d’endroit de quarantaines entre 1832 et 1937.

Dans l’ordre habituel, les kayakistes Hugo Thiffault Girard et Mathieu Ouellet avec Nicolas Knap avant le départ.
La juge Nancy Thibault et Nicolas Knap juste après son arrivée à Berthier-sur-Mer.

Un habitué de l’évasion

Après avoir participé à divers championnats mondiaux dans sa carrière, M. Knap s’est lassé des compétions traditionnelles : « J’ai fait les mondiaux, etc., mais ce n’est plus ces compétitions qui me motivent. J’ai besoin d’un objectif pour me donner à fond. » Le nageur s’est donc tourné vers les défis. Il aime particulièrement les évasions.

En 2017, il s’évade de l’île-prison d’Alcatraz. Il atteint la côte de San Francisco en un peu plus de 30 minutes. Il termine le parcours premier sur 800 participants sans combinaison. Deux ans plus tard, il traverse le détroit de Gibraltar en 3 h 17 m 19 s, établissant ainsi un record canadien et français. En 2020, il devient le premier nageur canadien à réussir la traversée de 4 km entre Saint-Joseph-de-la-Rive et L’Île-aux-Coudres.

Nicolas Knap sur le bateau de tête avant sa plongée au quai de la Grosse Île.
Le temps final au chronomètre.
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires