21 mai 2024

De la Côte-du-Sud d’Haïti à la Côte-du-Sud du Québec

L’entreprise Ayitika est venue présenter à Saint-Jean-Port-Joli son chocolat produit en Haïti. Dans son projet qui vise à soutenir les communautés rurales du pays, elle a reçu le support de l’organisme ID Territoires de la MRC de L’Islet depuis 2018 dont l’expertise a aidé à améliorer la fertilité des sols et la rentabilité des parcelles agroforestières. ID Territoires dont les bureaux se situent à Saint-Jean-Port-Joli soutient par son expertise des projets développés dans des communautés rurales. Ses membres interviennent en Chaudière-Appalaches, mais aussi à l’internationale, notamment avec le projet développé avec l’entreprise Haïtienne Ayitika. Leur collaboration s’est déroulée entre 2018 et 2021 grâce au Programme de coopération climatique internationale du gouvernement du Québec.

Ayitika est un producteur de chocolat avec une vision « citoyenne », c’est-à-dire qui souhaite soutenir les communautés d’Haïti. Afin de contrôler les coûts, Ayitika fait elle-même la production dans sa chocolaterie. Le directeur général Jean Chasnel Jean explique que l’entreprise a choisi de faire cela afin d’être en mesure de faire l’achat de ses fèves de cacaos pour un prix plus élevé auprès de ses cultivateurs. Ainsi, elle ne fait pas plus de profits, mais cela est beaucoup plus avantageux pour les agriculteurs qui gagnent plus pour leur travail. Présentement, environ 2 000 producteurs dans le pays travaillent en collaboration avec Ayitika. Une trentaine de personnes travaillent pour Ayitika, majoritairement des techniciens qui vont offrir un accompagnement spécialisé aux familles qui se lancent dans la production de cacao. Grâce à des expertises, dont celle d’ID Territoires, Ayitika souhaitait développer un concept de culture qui serait bon pour l’environnement, mais aussi pour la prospérité économique des producteurs. M. Jean explique que plusieurs types de culture ne sont productifs que pendant quelques années et qu’ensuite de nouveaux arbres doivent être plantés. Ils sont donc souvent entièrement rasés lorsqu’ils ne produisent plus de fruits. Ayitika souhaite utiliser ces parcelles de terrain afin d’établir de nouveaux systèmes agroforestiers. Dans ces systèmes, plusieurs types de cultures cohabitent et s’aident mutuellement. Ils produisent aussi plusieurs types de fruits à des intervalles différents dont peuvent vivre les producteurs. Par exemple, comme les cacaoyer demandent quelques années avant de produire leurs premiers fruits, les cultivateurs peuvent d’abord vendre les bananes qui sont prêtes beaucoup plus rapidement. Les grands bananiers fournissent en même temps l’ombre dont les cacaoyer ont besoin pour se développer. Après plusieurs recherches sur les variétés disponibles, l’entreprise a choisi de produire deux sortes de chocolat noir à 70 % de cacao pour le moment. La première est « Amelonado & Criollo » et l’autre est « Contamana Amelonado & Gwayav ».

Encore une fois, comme le cacaoyer prend plusieurs années avant de faire des fruits et que les premiers furent plantés en 2018, Ayitika commence à avoir accès à une grande quantité de fèves provenant des cultivateurs qui ont accepté de participer au projet. Ils n’ont donc pas actuellement un volume de production qui permet de faire de l’exportation sur le marché international, mais il s’agit d’un objectif que souhaite atteindre l’entreprise.

Articles reliés