09 avril 2024

Frédéric Poulin accuse les libéraux de manquer de crédibilité dans le dossier du 3e lien

Le candidat du Parti Conservateur du Québec (PCQ) en Côte-du-Sud, Frédéric Poulin, a réagi aux propos du candidat du Parti Libéral Sylvain Lemieux et de l’ex-député libéral Norbert Morin lors de la visite de leur cheffe Dominique Anglade à Montmagny. « Les libéraux n’ont aucune crédibilité dans ce dossier ni dans aucun autre des dossiers qui touchent réellement notre région. Ils sont prêts à dire n’importe quoi pour aller chercher des votes. » En effet, les deux hommes s’étaient entretenus avec le Journal de Québec qui a révélé qu’ils appuyaient un projet de 3e lien prenant la forme de la construction de deux ponts comme le proposait Éric Duhaime. Ils ont mentionné essayer de convaincre leur cheffe qui a pris depuis plusieurs mois une position défavorable à ce projet. Ils ont ajouté que plusieurs aux Québec peuvent voir ce projet dispendieux comme une folie, mais qu’il est essentiel pour les gens de la région. « Quoiqu’en dise le candidat libéral, il sera toujours pieds et poings liés à son parti, qui est clairement opposé au 3e lien. Il aurait dû se renseigner sur le programme du parti avant d’y adhérer. S’il le désire, il est le bienvenu au Parti conservateur du Québec! », affirme Frédéric Poulin. Selon M. Poulin, le 3e lien est indispensable pour la région et apporterait plusieurs impacts positifs, soit la réduction du temps de passage entre Montmagny et Québec, l’augmentation de l’attractivité de la région ainsi que le développement des affaires pour les entrepreneurs. Il trouve toutefois le projet de la CAQ irréaliste.  « La CAQ dit tout et son contraire. Elle a présenté un gros tunnel, un petit, à quatre voies, finalement à deux voies, c’est du grand n’importe quoi! En plus d’être extrêmement coûteux, on ne verra jamais le bout de ce projet-là! », affirme le candidat conservateur. Il croit que le projet de ponts reliant les rives en passant par l’Ile d’Orléans serait le plus logique et le moins couteux. « Quand on veut développer une région, il faut faire preuve de courage politique! À force de tourner en rond depuis plus de 10 ans, on risque de se retrouver sans aucune alternative ni à l’est ni à l’ouest vu la désuétude des ponts actuels. En tant que futur député, jamais je n’accepterai ça! »

Articles reliés