22 juin 2024

Coupable de fraude de type grands-parents

Emmanuel Doiron a enregistré un plaidoyer de culpabilité à cinq chefs d’accusation de fraude de type « grands-parents » le jeudi 9 mai dernier au Palais de justice de Montmagny. Avec ses complices, l’individu sans vergogne a tenté de dérober en une journée presque 25 000 $ à des personnes âgées vulnérables de la région.

Tel que l’explique la Sûreté du Québec sur son site web, il s’agit d’une fraude par téléphone où un malfaiteur tente de se faire passer pour un membre de la famille de la victime, supposément en situation de détresse, invoquant un urgent besoind’aide financière.

Concrètement, le 28 novembre 2022, Doiron et ses complices, originaires de la région de Montréal, ont emprunté l’autoroute 20 pour rejoindre les MRC de Montmagny et L’Islet. Une fois sur place, d’autres membres de l’organisation criminelle, dont le lieu d’opération et l’identité demeurent inconnus, ont entrepris de contacter différents aînés de la région.

Au téléphone ils se sont fait passer pour des intervenants du système judiciaire, les informant qu’un membre de leur famille avait été arrêté. Ils leur ont alors demandé de payer une fausse caution d’un montant allant de
4 000 $ à 5 000 $ pour obtenir la remise en liberté de leur proche. Une fois que les victimes ont accédé à leurs demandes, Emmanuel Doiron s’est présenté à leur domicile pour récupérer les sommes.

Au total, ces criminels ont fait au moins cinq victimes en Côte-du-Sud au cours de cette journée. Alors que deux d’entre elles ont pu retrouver leur argent, trois l’ont perdu.

Doiron et une complice, dont le dossier est toujours en cours au Palais de justice de Montmagny, ont été arrêtés grâce à la vigilance d’une victime potentielle. Sentant l’arnaque téléphonique, elle a immédiatement contacté la Sûreté du Québec. Ainsi, les policiers ont pu leur tendre un guet-apens et les prendre en plein délit criminel.

Après son arrestation, l’un des criminels a fourni une déclaration incriminante. Il a expliqué aux agents de la paix qu’il avait effectué cette tâche en échange de 200 $ et que les sommes récoltées avaient été remises au
« boss », duquel il a refusé de révéler l’identité.

S’exprimant de manière bourrue, il a reconnu succinctement ses délits le jeudi 9 mai 2024 au Palais de justice de Montmagny. Âgé de 53 ans, Emmanuel Doiron n’a pas d’antécédents judiciaires. Son avocate a demandé un rapport présententiel et les représentations sur sentence auront lieu à une date ultérieure.

Comment se protéger de la fraude de type grands-parents ?

Pour éviter ce type d’escroquerie, la Sûreté du Québec invite les gens recevant ce genre d’appel, souvent des personnes âgées vulnérables, à résister à la pression et à l’envie d’agir rapidement, à ne pas donner de renseignements personnels à leur interlocuteur, à poser des questions personnelles auxquelles seul le proche serait en mesure de répondre, à appeler des parents, un autre membre de la famille ou des amis de la personne afin de vérifier la validité de l’histoire présentée et à ne jamais envoyer d’argent ou donner un numéro de carte de crédit à un inconnu. Également, la Sûreté du Québec rappelle que les policiers ne communiquent jamais avec des citoyens pour obtenir le versement d’une caution et n’ont jamais recours à un service de virement d’argent. Elle invite toute personne croyant avoir été victime de ce genre de fraude à communiquer avec le service de police le plus près afin de porter plainte.