24 mai 2024

Arleen Thibault présente Fille de laitier

Inspirée de son riche héritage familial, la conteuse Arleen Thibault présentera son spectacle Fille de laitier à la salle Promutuel Assurances des Arts de la Scène le samedi 13 avril 2024 à 20 h.

‘’Mon père a été laitier pendant trente ans et quatre de mes oncles ont suivi sa trace. De plus, mon arrière-grand-père avait une ferme de vaches laitières dans Bellechasse, et ces derniers ont participé à la livraison de son produit. C’est mon inspiration’’, avance-t-elle.

C’est dans ce contexte qu’elle a créé le personnage de Lucien, un laitier qui a choisi ce métier après un coup de foudre pour un camion de lait et qui doit assumer la fin d’une époque. Il est donc le sujet principal d’une série de contes rédigés et mis en scène par l’artiste. Sur scène, son univers est enveloppé en musique par les compositions de Robin Servant, qui allie la guitare électrique et l’accordéon.

À travers son spectacle, Mme Thibault a exploré le personnage du laitier dans l’imaginaire collectif. ‘’Ce dernier faisait en quelque sorte partie des familles québécoises. Il était un symbole de bienveillance et de bonté’’, raconte-t-elle.

D’ailleurs, l’artiste n’hésite pas à jouer avec plusieurs mythes dans son spectacle, telle l’idée que le laitier avait une descendance nombreuse et variée, avec le personnage de la mère au foyer qui s’ennuie.

Mme Thibault est heureuse des nombreuses réactions positives que son spectacle suscite. ‘’Il crée des conversations entre les générations. Elles ne rient pas au même endroit’’, explique-t-elle.De plus, à la fin de chaque représentation, elle s’entretient avec son public, qui lui communique ses propres histoires de laitiers, qu’elle raconte par la suite dans ses futurs spectacles.

D’abondant pour celle-ci, le conte est plus pertinent que jamais en 2024. ‘’Les jeunes générations ont envie de retrouver leurs racines. Ils ont besoin d’apprendre à utiliser leur imaginaire intérieur et à élargir leurs possibles. Grâce au conte, seulement avec des mots, il est possible de créer un univers dans notre tête’’, conclut-elle.