29 mai 2024

Maison de secours La Frontière : Accueillir inconditionnellement, sans discrimination

Depuis quelques mois, la Maison de secours La Frontière offre un service intitulé « Accueil inconditionnel ». Ce dernier vise particulièrement les gens en situation d’itinérance et leur offre un endroit sûr pour se reposer et conserver des choses importantes. L’organisme souhaite également aider ces gens dans leurs démarches afin qu’ils aient éventuellement leur propre domicile.

La directrice générale de la Maison La Frontière, Paule Giasson, explique que la mission de l’organisme depuis plus de 40 ans est d’accueillir les gens, peu importe leur milieu de vie. Un service comme l’« Accueil inconditionnel » s’inscrit donc parfaitement dans cette mission.

Le service « Accueil inconditionnel » est offert principalement par l’intervenant de la Maison de secours La Frontière, Marc Couture. Il affirme d’abord que l’organisme accueille tout le monde, car il n’y a pas de critères d’admissibilité. Il n’est pas nécessaire de fournir des papiers ou des preuves d’identité non plus. Faire preuve de respect envers le personnel de l’organisme est la seule chose demandée. « Souvent, les gens en situation d’itinérance, d’errance ou de squattage sont désorganisés, car leurs conditions de vie ne leur permettent pas de garder leurs affaires en ordre. Plusieurs n’ont plus de cartes ou de papiers d’identité et pour demander de l’aide à plusieurs endroits, comme au CLSC, il faut en fournir. Nous souhaitons que les gens n’aient pas peur de cogner à notre porte car ils craignent de ne pas répondre à nos critères. Nous accueillons tout le monde. », affirme
M. Couture.

Parmi les services offerts, on trouve une douche et la buanderie. Quelqu’un sera disponible afin de montrer aux usagers le fonctionnement des appareils. Il est aussi possible d’avoir accès à un ordinateur et à un téléphone.

L’« Accueil inconditionnel » offre également un service de conservation et de numérisation de documents importants. M. Couture explique que cela peut être très utile pour les gens qui n’ont pas de domicile fixe et qui ne dorment pas toujours au même endroit, car leurs documents sont ainsi en sécurité. Après avoir contacté un intervenant, il est aussi possible de faire parvenir son courrier important directement à la Maison La Frontière.

Pour le moment, la Maison La Frontière n’est pas en mesure d’offrir des services d’hébergement. Un lit de repos a toutefois été aménagé si quelqu’un souhaite faire une sieste pendant que ses vêtements sont dans la laveuse, par exemple.

Une journée par semaine, un infirmier communautaire est sur place afin d’examiner et de répondre aux questions de ceux qui en ont besoin.

Pour le moment, « L’Accueil inconditionnel» est offert les mardi, mercredi et vendredi de 9 h à 15 h. La directrice générale de l’organisme indique toutefois qu’elle est en recherche d’intervenants afin d’offrir davantage de plages horaires, mais que la rareté de la main-d’œuvre l’empêche de le faire pour le moment.

Un nouveau départ

M. Couture explique que tous les services offerts sont importants, mais qu’il ne s’agit pas de solutions permanentes pour les gens en situation d’itinérance. Il est donc important pour l’intervenant d’aider la personne dans ses démarches afin qu’elle puisse éventuellement avoir un domicile fixe. L’intervenant peut aider, par exemple, dans les démarches liées au logement, au revenu ou à l’aide alimentaire. Il trouvera aussi les bons services qui soutiendront la personne à plus long terme si besoin est et fera les liens vers ceux-ci.

Une problématique invisible

Mme Giasson explique que, dans les MRC de Montmagny et L’Islet, il y a peu de gens qui n’ont vraiment aucun lieu de résidence et qui ne peuvent dormir qu’à l’extérieur ou dans des endroits publics. Les gens qui vivent un problème au niveau du logement seraient surtout des personnes errantes ou qui squattent, donc qui passent de domicile en domicile sans en avoir un de fixe. Il y aurait aussi des gens qui disposent d’un domicile, mais pour qui la situation demeure tout de même assez précaire.
Mme Giasson explique qu’il est aussi important pour l’organisme d’intervenir auprès d’eux, au niveau budgétaire ou en aide alimentaire, afin qu’ils puissent garder leur logement et ne tombent pas en situation d’itinérance.

La directrice dit remarquer que les problèmes liés au domicile semblent toucher de plus en plus de gens dans la région depuis la dernière année. Il serait toutefois plus difficile de dénombrer les gens qui sont touchés car comme ces derniers ne dorment pas nécessairement dans la rue, il est difficile d’effectuer un juste décompte.

« La problématique commence à sortir des grandes villes et à arriver ici. Avant, comme nous n’avions pas de services pour cela, il nous arrivait de référer des gens à d’autres organismes dans de plus grands centres comme Lévis, mais il est de plus en plus difficile de le faire. Les ressources en ville sont débordées », ajoute
M. Couture.

L’« Accueil inconditionnel » est toutefois là pour rester. Mme Giasson assure que l’enveloppe budgétaire qui finance ce nouveau service n’est pas ponctuelle, mais bien valide pour plusieurs années. Elle affirme aussi que le service continuera à se développer dans les prochaines années selon les besoins et les demandes des gens de la région.