21 avril 2024

Un projet de loi mal accueilli chez les commerçants

Interpellée afin de réagir au dépôt du projet de loi no 694 par le Parti libéral du Québec (PLQ) visant à abaisser la limite d’alcool dans le sang prévue au Code de la sécurité routière à 0,05 %, la Chambre de commerce Kamouraska-L’Islet (CCKL) exprime certaines réserves.

‘’Sur quels chiffres le PLQ se base-t-il pour faire une telle demande? Est-ce que cette baisse fera réellement une différence notable sur le nombre d’accidents alors que les lois du Québec sont déjà plus sévères que celles d’autres provinces au Canada ?’’, questionne Nancy Dubé, directrice générale de la CCKL.

Tant celle-ci que certains des membres de la CCKL soulignent que cette mesure risque de rendre la vie encore plus difficile aux restaurateurs, qui sont déjà malmenés dans le contexte économique actuel. De plus, ils craignent qu’elle ait des effets encore plus néfastes en région, où il y a des pénuries dans les services de taxis et/ou il n’y a pas d’alternatives comme du transport en commun ou le service Uber.

En somme, les gens d’affaires de la CCKL croient qu’il s’agit ‘’d’une fausse bonne idée, qui ne protègera pas davantage le public’’.

Le PLQ espère sauver des vies

Quant à lui, le porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports et de mobilité durable, le député libéral M. Monsef Derraji, est très fier de son projet de loi.

Il n’est pas préoccupé par les enjeux soulevés pas la communauté d’affaires. ‘’Est-ce que les restaurants dans les autres provinces ont enregistré une baisse dans le chiffre ? L’alcool et la bière continuent de se vendre en Ontario et ailleurs et ils font toujours un bon chiffre d’affaires,’’ déclare-t-il.

Il rappelle que les modifications proposées ne touchent pas le Code criminel, mais bien le Code de la Sécurité routière du Québec. ‘’Nous souhaitons imposer des sanctions administratives aux conducteurs délinquants, telles des suspensions de permis de conduire, pour des périodes allant de trois à quatre-vingt-dix jours,’’ explique le député.

Du même souffle, il déplore la position actuelle de la Coalition Avenir Québec (CAQ) qui ne souhaite pas aller de l’avant avec ces changements. ‘’Il y a un consensus entre les trois partis de l’opposition. Tant Québec Solidaire (QS) que le Parti québécois (PQ) sont en accord avec notre initiative,’’ indique celui qui déplore que le gouvernement n’écoute pas la science, les coroners et les familles endeuillées par l’alcool au volant.

D’ailleurs, M. Derraji explique qu’il a été sensibilisé particulièrement par ces dernières, dont trois l’ont accompagné au Parlement du Québec le 18 mars dernier pour le dépôt du projet de loi. ‘’Il faut leur parler pour connaître l’ampleur de la perte. Ces familles mènent une bataille juste,’’ avance-t-il.

Pour la suite des choses, le PLQ tentera de sensibiliser la CAQ afin qu’elle adopte le projet de loi et espère que la mobilisation citoyenne fera le reste. ‘’J’espère que nous n’attendrons pas un nouveau drame pour finalement agir’’, a conclu le politicien.