Simon Olivier quitte l’Everest

Photo de Eric Maltais
Par Eric Maltais
Simon Olivier quitte l’Everest
Pierre Bouffard et Simon Olivier, des complices de la première heure de l'Everest de la Côte-du-Sud.

L’Everest de la Côte-du-Sud perd son directeur général et entraîneur Simon Olivier. Arrivé à l’échéance d’une entente de trois ans, ce dernier a annoncé au président Pierre Bouffard, lundi dernier, qu’il ne reviendrait pas la saison prochaine, et ce, pour des raisons personnelles.

Dans un communiqué de presse, il explique: « Ma décision est très réfléchie et je suis très serein avec celle-ci. Je vais penser à moi pour la prochaine année et méditer à d’autres opportunités pour le futur. Je garde un excellent souvenir de mon passage avec l’Everest, avec le personnel, ainsi qu’avec tous les administrateurs et bénévoles qui gravitent autour cette équipe ».

Il se dit très fier du travail qu’il a accompli et heureux d’avoir amené des connaissances supplémentaires et certaines opportunités à quelques joueurs sous sa gouverne. Il a pris soin de remercier les joueurs, partisans et les membres de la direction.

M. Olivier possède un excellent réseau de contacts dans le milieu du hockey. Le travail accompli à la barre de l’Everest et la reconnaissance acquise depuis son passage à Montmagny, dont le titre d’entraîneur de l’année mérité il y a deux ans, pourraient lui ouvrir les portes pour un tel poste dans d’autres circuits, dont la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Les congédiements dans ce circuit ont d’ailleurs commencé cette semaine avec la mise à pied de Jean-Jacques Daignault, des Moosehead d’Halifax.

M. Olivier n’avait pas encore répondu à notre appel, au moment de mettre en ligne.

Bouffard réagit

 En entrevue téléphonique, le président Pierre Bouffard a ainsi réagi à cette annonce : « Simon a été un atout majeur à l’implantation du programme de l’Everest. Son départ laisse un grand vide. Toutefois, sa présence aura cimenté la structure de notre organisation et notre personnel hockey actuel. Il laisse à notre organisation un héritage de fierté. Plusieurs jeunes joueurs ont eu l’occasion de bien se développer à ses côtés et Simon a pu leur inculquer les valeurs fondamentales du travail et de la réussite ».

Il aura cumulé une fiche de 52 victoires et 44 défaites en 96 parties régulières durant les deux premières saisons de l’histoire de l’Everest.  Sous la gouverne de l’Everest, il aura aussi participé comme entraineur adjoint de « Team West » à la prestigieuse « Prospect game NHL » en 2020.

Il a brillamment relevé le défi de rendre cette formation junior AAA intense dans une ligue très compétitive, malgré les embûches d’un club d’expansion, dont le refus de certains joueurs de se présenter au camp d’entrainement.

Promotion pour Comeau?

L’organisation de l’Everest devrait nommer les remplaçants à la direction hockey à la suite d’un rapide processus d’embauche pour trouver le prochain entraineur-chef de l’équipe. Le président Bouffard nous a confirmé qu’il y aura une double embauche, soit un directeur des opérations hockey et un entraîneur, sans doute avant le prochain repêchage, dont la date reste à confirmer.

Selon nos informations, le nom de Stéphane Comeau, actuellement au sein de l’équipe de recrutement de l’Everest, figure au haut de la courte liste de candidats. Déjà membre de l’organisation, l’homme de hockey d’une cinquantaine d’années, fort d’une vaste expérience et possédant un bon réseau de contacts, travaille déjà en harmonie avec l’équipe actuelle.

On sait aussi que Bruno Guay, entraineur adjoint, a fait savoir qu’il n’était pas disponible pour occuper cette fonction en raison des contraintes de l’emploi, mais il entend revenir à son poste. Comeau, s’il est nommé, aura la tâche de combler le poste en compagnie du président Bouffard : « Nous respecterons la philosophie implantée par Simon. Les joueurs se sentent à l’aise dans cet environnement. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires