26 février 2024

Le sport pour contrer le vapotage

L’École secondaire Louis-Jacques-Casault inaugure sa nouvelle installation de paniers de basketball derrière son établissement. Ce projet, choisi par les jeunes eux-mêmes, vise à diminuer le nombre de fumeurs parmi la population étudiante en leur offrant des passe-temps alternatifs. Dans le cadre du Plan génération sans fumée (PGSF), l’École secondaire Louis-Jacques-Casault de Montmagny présente sa première initiative qui fut choisie à l’aide d’une consultation auprès des élèves. En choisissant de cette manière le projet, le personnel souhaitait approcher directement les jeunes afin de leur demander ce qu’il manque dans leur école afin qu’ils délaissent leurs mauvaises habitudes. [gallery size="full" ids="77414,77415,77417,77419,77421,77422"] Quatre paniers de basketball ont été installés dans la cour arrière de l’école secondaire. Ainsi, les jeunes peuvent maintenant profiter de leurs pauses pour pratiquer une activité physique à l’extérieur. Des ateliers de basketball seront également animés au cours de l’année afin d’encourager les élèves à utiliser les installations. « Nous avons réussi à obtenir ces paniers au cours de l’été, au bénéfice de nos athlètes, mais aussi au bénéfice de nos jeunes qui souhaitent arrêter de vapoter. Cela rend aussi notre école plus vivante et attrayante pour nos jeunes tout en les encourageant à sortir de leurs mauvaises habitudes de consommation et à adopter de bonnes habitudes de vie », affirme Patrick Gagnon, directeur de l’École Louis-Jacques-Casault. Ce projet représente un investissement d’environ 4 000 $. Le Carrefour jeunesse emploi avait octroyé environ 1 400 $ afin de supporter l’initiative. Les paniers devraient rester à l’extérieur toute l’année. L’École secondaire permet donc au reste de la population d’en profiter en dehors des plages horaires scolaires, mais demande aux gens d’en prendre soin afin que les jeunes puissent en bénéficier longtemps.

Une deuxième consultation sera maintenant menée auprès des élèves afin de trouver un autre projet pour le reste des fonds du programme qui pourrait encourager les jeunes à mettre de côté leurs mauvaises habitudes de consommation. Avec le lancement de ces projets, l’établissement scolaire souhaite diminuer d’environ 10 % le nombre d’utilisateurs de cigarettes électroniques ou non d’ici 2025. Les PGSF sont lancées dans les écoles du Québec soutenu par le Conseil québécois sur le tabac et la santé (CGTS). Plusieurs organismes de la région contribuent à celui de l’École secondaire Louis-Jacques-Casault afin de développer des stratégies pour sensibiliser les élèves à l’importance des bonnes habitudes de vie et aux effets néfastes des produits comme la nicotine et la cigarette électronique.