21 juin 2024

Nouvelle concentration patinage artistique à Louis-Jacques-Casault

L’École secondaire Louis-Jacques-Casault lancera sa troisième concentration sportive à la rentrée scolaire de l’automne 2023. Cette dernière offrira aux jeunes athlètes en patinage artistique la possibilité de consacrer plus de temps par semaine à la pratique de leur sport.

Alors que l’École secondaire Louis-Jacques-Casault offrait déjà une concentration en gymnastique et en natation, une nouvelle concentration sera offerte dès l’automne 2023, soit en patinage artistique. Les élèves participants auront une demi-journée par semaine pour la pratique de ce sport. Une partie des entrainements se déroulera à l’aréna de Montmagny, et une autre partie en classe pour les apprentissages qui ne nécessitent pas de temps de glace. « Cela vient augmenter leur volume d’entrainement, car ils pourront continuer à avoir leurs entrainements le soir et la fin de semaine. On espère qu’ils auront ainsi la chance de peut-être mieux performer dans leur sport », explique le directeur adjoint Vincent Poulin. Les ressources de l’École secondaire Louis-Jacques Casault s’assureront par la suite que les élèves rattrapent bien la matière qu’ils auront manquée lors de leurs entrainements, peu importe leur niveau scolaire. Des partenariats importants Pour rendre cette nouvelle concentration possible, le Club de patinage artistique de Montmagny participera pour l’entrainement des élèves inscrits. L’organisme a d’ailleurs déjà ciblé les élèves qui participeront. M. Poulin explique que le secondaire est un peu tardif comme moment pour commencer à pratiquer cette discipline. Elle sera donc offerte spécifiquement aux athlètes du Club pour le moment. Dans l’avenir, la direction souhaite peut-être faire des partenariats avec des écoles primaires afin que la discipline puisse être initiée suffisamment tôt pour intégrer la concentration au secondaire. L’École secondaire remercie également la Ville de Montmagny qui offrira en subvention l’équivalent de la location de l’aréna une fois par semaine pour la tenue des activités. Selon le directeur des Loisirs, de la Culture et de la Vie communautaire, Jean-François Roy, cette aide financière équivaut à environ 3 350 $. Selon M. Gagnon, il serait impossible d’offrir de telles concentrations à l’école secondaire sans les partenariats en place avec les organismes, qui ont des entraineurs spécialisés, et les institutions, qui offrent de l’aide financière. Répondre aux besoins des élèves L’école souhaite se tourner vers des concentrations culturelles dans les prochaines années. M. Gagnon mentionne que l’établissement aurait les infrastructures pour une concentration en musique. La Salle Edwin-Bélanger est d’ailleurs principalement réservée à l’utilisation par l’école secondaire lors des heures de cours. La direction se dit aussi prête à faire des partenariats avec des organismes de la région pour offrir de nouvelles concentrations, comme Magny Danse. « C’est certain que nous souhaitons retenir la clientèle, mais  lorsqu’on remarque des départs vers Lévis et La Pocatière, c’est surtout parce qu’il y a un besoin pour ce service dans la région. Comme établissement scolaire, on se doit de répondre aux besoins de nos jeunes et de la population de Montmagny et les environs », affirme M. Gagnon. De futures infrastructures pourraient aussi permettre à l’école secondaire d’offrir plus de concentrations sportives. M. Gagnon invoque le dôme qui devrait couvrir le terrain multisport Laprise une partie de l’année, ce qui permettrait de pratiquer des sports comme le football beaucoup plus longtemps et ainsi d’offrir des concentrations sportives. À noter que l’école secondaire offre des concentrations sportives, mais elles n’ont pas la mention « sport-études ». Le directeur adjoint, Vincent Poulin, explique qu’afin de qualifier un programme de « sport-études », il faut répondre à de nombreux critères et qu’il est impossible pour l’École secondaire Louis-Jacques-Casault de le faire. Par exemple, il faut que le programme accueille un certain nombre d’athlètes accrédités dans chaque sport offert, ce qui est impossible avec le bassin d’élève de la région. M. Poulin explique que l’école a donc choisi d’offrir plutôt des concentrations qui offrent tout de même aux élèves la chance de pratiquer leur sport durant leurs études.

Articles reliés